Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Barulage et promenage

LACHAU : l'allée des tilleuls

18 Novembre 2007, 20:07pm

Publié par Barulaïre

            J'air reçu de mon frère une photo, ancienne carte potale, de Lachau, prise en 1935 lors de la plantation des tilleuuls de chaque côté de la montée vers le village. (C'est intérssant de voir l'évolution (d'autant qu'en ce moment les rues du village sont en chantier pour gros travaux : canalisations, creusement et renouvellement du goudron, des trottoirs existants).

la-montee-des-tilleuls.jpg  GetAttachment.jpg

L'allée des Tilleuls photographiée en 2005

L'allée des Tilleuls : carte postale postée en 1935

        Ci-contre, une carte postale plus ancienne montrant l'allée des Tilleuls quand elle était l'allée des Peupliers...
       

 
L'allée des peupliers (malheureusement, la date n'est pas lisible).

Voir les commentaires

Bientôt le Népal

14 Novembre 2007, 00:25am

Publié par Barulaïre

            En ce moment, je scanne les photos du Népal. Il s'agit d'un voyage fait en 1976. Une dizaine de jours seulement mais quand même assez pour garder en mémoire de merveilleuses images (heureusement car les photos s'altèrent plus que les souvenirs !).



018-eglise-de-la-garde-adhemar.jpg

 

            Sous le regard omniprésent de Bouddha, un singe médite au-dessus de Katmandou....


016-donzere-barrage-sur-le-rhone-echele-a-poissons.jpg

 

Voir les commentaires

EOURRES (05)

11 Novembre 2007, 18:52pm

Publié par Barulaïre

            Eourres est un petit village des Hautes Alpes, tout près de Lachau (Drôme).          
               Cette commune est actuellement habitée par des personnes venues de l’extérieur, pas des paysans.
             La population du village avait vieilli car les plus jeunes en sont partis… La vie de paysans était très dure dans de telles régions : petits terrains, tous plus ou moinsEouerres--16--Le-village-et-l---glise.jpg en pente (souvent plus que moins !). Ces paysans étaient généralement assez pauvres. Leurs enfants sont devenus ouvriers, artisans ou paysans sur des terres plus accessibles et autres professions.
               Puis le village est mort, quasiment.
            Le hameau des Peyres, à quelques distances de là, était en sommeil lui aussi mais il a relativement aussi survécu à cet exode.
          Bien sûr les maisons, les fermes, ont été restaurées avec plus ou moins de bonheur. Le village dans son ensemble a repris une belle allure. On ne doit plus y trouver le petit café sombre où la patronne essayait des verres opaques à son tablier douteux (raconté par mon père). Mais, comme une station de ski faite pour de jeunes riches, l’accès en voiture y serait devenu illégal (je n'y suis plus allée depuis 3 ans mais on m'a rapporté que des panneaux interdisent l'accès aux voitures) : pas de place pour les vieux ni pour ceux qui ont des difficultés à marcher, tant pis si des anciens veulent venir sur les tombes de membres de leur famille enterrés là ! mais peut-être n'est-ce pas rigide. Il faudra que j'y retourne (a une autre saison qu'à l'automne).
Eouerres--9--Aux-Peyres.jpg              C’est  triste aussi  de voir la ferme où sont nés mon père, oncles, tantes et mon frère ainé, avec un toit en èverites, un petit auvent devant la porte mais elle est habitée et des chats font leur vie tout autour… Elle a ainsi survécu et évolué.
                  J’ai peu de souvenirs d’Eourres ou des Peyres car je n’y ai jamais habité mais on y est allé en vacances avant que la ferme ne soit vendue et il y a eu bien des occasions pour que mes parents rendent visite aux anciens voisins. Les grandes tables pour le goûter, sous les tilleuls ! Mais de vrais goûters avec charcuteries, tomates farcies, fromages maison (de quoi être calé pour huit jours !). Et l’odeur des arbres.
               Le souvenir aussi, auEouerres--13--Gouter-sur-le-bouras.jpg cours de longues promenades les après-midi d’août, où l’on voyait des papillons bleu lavande voltiger au-dessus de la moindre flaque d’eau ; leurs ailes étaient déteintes en fin d’été…
                Le silence occupé par tous les sons infimes émis par les insectes, les feuilles que le vent agite, les petits rongeurs apeurés, les serpents s’enfuyant.
                   Il n’y a pas de nostalgie dans mes propos, seulement de bons souvenirs.
                 Depuis  Eourres, on a  une vue superbe sur les environs, surtout depuis la petite église Saint Etienne. Même la mort semble sereine en de tels lieux !
                   Beaucoup  de sentiers,  de  chemins  dans  les  environs.  Beaucoup  de promenades à faire, à toutes les saisons car chacune a son charme (même si je préfère l’automne).
                   Bien qu'il ait  changé, le village est  vivant, habité par des gens dynamiques qui semblent aussi ne pas vouloir faire abstraction d'un passé qu'ils n'ont pas connu tout en allant vers leur à venir.


Photo :
D'autres photos en cliquant sur l'image.

Voir les commentaires

MEVOUILLON (26) : hameaux des Bernard et Romanon

5 Novembre 2007, 23:50pm

Publié par Barulaïre

            A proximité de Lachau se trouve le village de Mévouillon ; un peu avant (en arrivant de Lachau) le hameau des Bernard et là, le lieu dit Romanon.
            Quand on est à Romanon, on n'est pas loin du paradis... (j'exagère à peine...)
            On est dans un paysage qui semble vierge bien qu'il soit cultivé (beaucoup de lavande ou de lavandin). En été, ça sent très fort, presque trop ! Les plantes chaudes et sêches, les fleurs coupées qui sechent étalées sur le sol, les alambics qui extraient l'essnce...
            Cet hautomne nous y étions alors qu'un paysan faisait brûler un carré de lavandes un peu trop vieilles, et là, ça sentait encore bon !
            Le paysage était de toutes façons en feu sans avoir besoin des flammes du feu de lavandes... Même la lumière était dorée, juste zébrée des éfluves bleutées de la fumée.
            Le ciel étlui d'un bleu éblouissant.
            Pour accentuer encore cette profusion d'or, les feuilles rouges d'un cerisier qui auraient rendu jalouses les cerises du printemps !
            Quand le fut éteint, une empreinte grise.



Vers-Romanon.jpg




Un diaporama automnal :

                                  

 

Le site de Mévouillon :

Mévouillon en Drôme Provençale

Voir les commentaires

'La petite fille de Monsieur Linh' Philippe CLAUDEL

4 Novembre 2007, 17:15pm

Publié par Barulaïre

La petite fille de Monsieur Linh          J'ai lu il y a quelques tmeps un très beau livre, un petit bijou !
      "La petite fille de Monsieur Linh" est l'histoire d'un réfugié vietnamien qui arrive dans une ville et un pays inconnus de lui.
       C'est écrit avec une grande sobriété, beaucoup de finesse, de chaleur ; de justesse (je crois aussi), on sent tellement la douleur de cet homme même si elle n'est pas directement décrite.

        A lire absolument !

 

 

 

 

Des sites à consulter :

http://perso.wanadoo.fr/calounet/biographies/claudel_biographie.htm

http://www.panoramadulivre.com/htmlfr/selec0402f.htm






           Le lendemain :
          Voilà, j'ai terminé la lecture de "la petite fille de Monsieur Linh".
          Dans des articles sur ce livre, j'avais lu qu'il y était question de la perte d'un proche, de la mort et de l'amitié. J'y vois surtout la douleur, une douleur immense, la mort vue dans l'horreur ; l'amitié aussi mais l'amitié n'apaise pas de telles douleurs. Si elle paraît le faire c'est parce qu'une forme de folie s'est installée préalablement et lui a permis de poser une semblant de vernis sur une vie brisée.
          La douleur est trop grande quand elle vient non seulement de la mort mais de l'horreur, de l'indicible.
          Ce livre est une merveille mais.... c'est très dur, sans espoir, sauf s'il y a un peu de démence.

Voir les commentaires