Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Barulage et promenage

"La révolution du silence" KRISHNAMURTI

29 Juillet 2007, 23:02pm

Publié par Barulaïre

            Je ne parlerai pas longuement de Krishnamurti car ses écrits touchent tellement à l'essenciel qu'il faut les lire sans tenir compte des commentaires des uns ou de autres (mais il y a d'excellentes biographies et ouvrages s'y référant).

Ci-dessous, quelques ouvrages :

 Krishnamurti.jpg

La révolutions du silence
Editions STOCK 1971
" Quelle est l'utilité d'un guru ? Sais-il plus que vou ne savez vous-même ? Et que sait-il ? S'il dit qu'il sait, en réalité il ne sait pas et d'ailleurs le mot n'est pas la réalitéde ce qu'il désigne. Est-il possible d'enseigner cet extraordinaire état ? Ils peuvent peut-être vous le décrire, éveiller votre intérêt, votre désir de le psséder, de le vivre - mais ils ne peuvent pas vous le donner. Il vous faut marcher par vous-même, il vous faut entreprendre le voyage tout seul, et au cours de ce voyage, il vous faut être votre propre maître et élève."

 Krishnamurti--2-.jpg

Commentaires sur la vie tomes 1, 2 et 3
Editions Buchet-Chastel 1975
Collection "la Barque du Soleil"
"Le désir de réussite est le désir de domination. Dominer c'est posséder et la posséssion mène à l'isolement. C'est cet isolement que la plupart d'entre nous recherchent, par le nom, les relations, les oeuvres, les idées. L'isolement donne la puissance  mais la puissance engendre l'antagonisme et la douleur ; car l'isolement est le produit de la peur et la peur met fin à toute communion. La communion est relation ; et si plaisantes ou pénibles que soient les relations elles contiennent la possibilité d'abnégation de soi.  L'isolemnt ramène au moi et toutes les activités du moi provoquent le conflit et la douleur."

 Krishnamurti--1-.jpg

La première et dernière liberté
Editions STOCK 1959
"La vérité n'est pas quelque chose qui se puisse acquérir. L'amour ne peut pas venir à ceux qui ont le désir de le posséder ou qui voudraient s'identifier à lui. Mais il peut se produre lorsque l''esprit ne cherche pas, lorsqu'il est compètement tranquille, lorsqu'il ne crée plus des mouvements et des croyances sur lesquelles il puisse s'appuyer ou dont il tire une certaine énergie, symptôme de ses illusions. Et l'esprit ne peut être ainsi moobile que lorsqu'il conprend le processus entier du désir. Lorsqu'il n'est plus en mouvement pour être ou pour ne pas être. Il rend possible l'existence d'un état dépuillé de toute duperie."

L'éveil de l'intelligence
Editions STOCK 1975
Collection "Monde ouvert"
"Quand la pensée constate qu'elle est incapable de jamais comprendre ce que c'est que la liberté, quand elle constate qu'elle est incapable de découvrir quoi que ce soit de neuf, cette perception même est la semence de l'intelligence, n'est-ce pas ? C'est l'intelliegnece : je ne peux pas. Je me suis figuré que je pouvais faire bien des choses et je le peux, en effet, dans une cerrtaine direction mais quand il s'agit d'une direction entièrement neuve, je ne peux rien faire du tout. Découvrir cela, c'est évidemment l'intelligence."

Et une dernière citation :
"Lorsque vous vous dites Indien, Musuman, Chrétien, Européen ou autre chose, vous êtes violents. Savez-vous pourquoi ? C'est parce que vous vous séparez du reste de l'humanité, et cette sépration due à vos croyances, à votre nationalité, à vos traditions, engendre la violence. Celui qui cherche à comprendre la violence n'appartient à aucun pays, à aucune religion, à aucun parti politique, à aucun système particulier. Ce qui lui importe c'est la compréhension totale de l'humanité."

 

Bibliographie : http://www.kinfonet-fr.org/links/bibliography/bibliographie.htm

Voir les commentaires

INDE : bidis

26 Juillet 2007, 16:31pm

Publié par Barulaïre

            On ne peut évoquer les Indes sans parler des bidis… La cigarette des pauvres peut-être mais petite cigarette bien agréable ! 
            Ce sont comme de petites cigarettes, légèrement coniques, regroupées par environ 27 unités liées par un fil de couleur variable selon la marque. Et il y en a de nombreuses ! Il y a donc des fils roses, verts, oranges et autres (plus ou moins épais aussi). Selon les marques, l’emballage change ; la plus réputée en Inde est « Ganesh Bidi », le paquet rose, fil rose, elles sont sûrement les plus agréables : un goût d’herbe brûlée, pas trop fortes. D’autres sont nettement plus gros ses (presque des cigarillos ! et elles arrachent la gorge !). D’autres encore sont carrément dans des petites boîtes cartonnées comme des paquets de 10 cigarettes. Ces emballages sont généralement jolis (iconographies se référant à divers dieux du panthéon indou, fort riche ou parfois la photo du patron –de l’entreprise-). On en trouve aussi fabriquées dans la rue et vendues juste avec leur petit lien, sans emballage. 
            Elles sont faites avec un peu de tabac dans une feuille roulée provenant d’un arbuste poussant essentiellement dans les forets de l’est des Indes, Orissa, Bihâr, entre autres. Lors de notre séjour à Puri (Orissa) un homme travaillant dans l’agriculture et le bois nous avait indiqué le nom de cette plante mais en hindi et nous n’avions pas trouvé l’équivalent en français, il ne le connaissait pas en anglais : tendu, kendu, tenduni. Ce qui donne (merci WEB) : Diospyros melanoxylon en terme botanique. 
          Malheureusement, si les bidis sont source de travail pour les très nombreuses femmes qui ramassent les feuilles et roulent, leurs conditions de travail sont déplorables et les maintiennentt dans la pauvreté alors que les intermédiaires et les grandes marques gagnent beaucoup d’argent. 
           Bien qu’exportées dans de nombreux pays, en France, les bidis ne se trouvent plus (quand c’était le cas, elles étaient vendues eccessivement cher alors qu’elles ne coûtent que quelques centimes en Inde). Maintenant, nous en achetons en Suisse  où elles sont très couramment vendues dans tous les débits de tabac à 2,40 F suisses. 
            D’après des études américaines, elles sont plus nocives que les cigarettes classiques pourtant avec ce qui est rajouté, paraît-il, par divers producteurs de cigarettes américains, pour accroître la dépendance... C’est un autre sujet que je ne traiterai pas. 
            Je n’ai rien trouvé sur une éventuelle toxicité du Diospyros melanoxylon. Mais elles ont la nocivité du tabac. 
            Une ou deux bidis de temps en temps est un vrai plaisir ! 

 

Les paquets qu'on achète maintenent en Suisse
ont malheureusemeent perdu de leur charme !
SECURITE PREVENTION BLABLABLA !!!!!!!!!

Voir les commentaires

INDE : billets de banque

25 Juillet 2007, 21:20pm

Publié par Barulaïre

            Voici quelques billets de banque ramenés d'Inde en 1974 et 1976.
            Il y avait une particularité en Inde : les billets usagers. Au début, nous ne prétions pas cas à l'état des billets mais nous nous sommes rendus compte qu'on nous refusait régulièrement donc... nous les avons refusés aussi  (C'est pour ça que j'ai pu ramener des billets quasiment neufs).

 

Voir les commentaires

TOULON : Tall Ships'Race 2007

24 Juillet 2007, 21:57pm

Publié par Barulaïre

                 Samedi, une amie de Toulon m'a téléphoné ; le ton de sa voix était tellmeent enjoué ! Elle me parlait des bateaux qu'elle aviat vus ce jour-là arriver dans la rade. De grands voiliers. Des petis aussi. Mais tous très beaux. Même 'ils n'étaient pas toutes voiles dehors, les mats, les vergues, les cordages ont quelque chose de magique pour tous, marins, passionnés et simples profanes rêveurs.
                 Bien que ce ne soit pas facile de prendre des photos quand il n'y a pas toujours assez de recul, quand il y a beaucoup de monde et quand on est tant enthousiasmé, elle en a pris et m'en envoyé en m'autorisant de les montrer ici.
                 Cette course réunit tous les quatre ans des voiliers du monde.C'est la première fois qu'elle a lieu en Méditerrannée. C'est une chance que Toulon ait été une des villes étape. Partie d'Aicante le 4 juillet, étape à Barcelone du 12 au 15 puis Toulon du 21 au 24 et enfin Gènes du 28 au 31.
                 A Toulon (et je suppose dans les autres villes aussi) si l'essenciel du spectacle était les bateaux, beaucoup de choses se passaient aussi en ville : musique, danses, folklore. Une foule dans et souriante avait envahi la ville. Ma belle-soeur me disait "on aurait Toulon dans les années 70 quand les gens dans la rue était nombreux et aaient le sourire !". Plusieurs jours de fête dans la bonne humeur. Il semebe aussi que tout avait été très bien préparé dans les moindres détails par la Ville : fêtes biensûr mais aussi, toilette, points pour les enfants égarés, informations etc.
                 Je vous laisse regarder le diaporama ci-dessous, photos d'Henriette et de mon frère :

                 Cliquez sur la photo

photosdelatallship-s21juillet2007010.jpg

pas d'image

Grandsvoilierstoulon : à voir ! Tous les bateaux, tout ce qu'il faut savoir, des vidéos des 3 jours à Toulon :
http://www.grandsvoilierstoulon.fr/pages/bateaux.php

Voir les commentaires

INDE : Bombay 2

24 Juillet 2007, 19:11pm

Publié par Barulaïre

                   Oui, malgré le vol des papiers et de l'argent et l'accueil si moche au consulat de France, le séjour à Bombay a eu de très bons côtés.
            Comme je l'ai écrit précédement, nous avions élu domicile en bord de rue, sous des arbres, pas loin d'une plage, dans un quartier agréable. Les baignades étaient donc faciles (et sans frais de déplacemet !). Le soleil se couchait côté mer et donnBombayait au ciel et aux vagues des couleurs superbes. La température de l'eau était juste ce qu'il faut... mais un jour, marchant dans la mer les bras ballants (le nez au vent...) j'ai senti j'ai senti entre mes doigts quelquechose de frai et glissant ; le temps de baisser les yeux, j'ai juste pu voir une boucle grisâtre et brillante, comme un gros serpent ! (ou une angille). Rensignement pris en questionnant autour de nous, personne n'avait entendu parler de serpent de mer. Je ne sais donc toujours pas ce que c'était mais j'ai espacé mes baignades.
            Sur la plage et dans les proches environs, nous rencontrions souvent un charmeur de serpents et un homme avec son singe. Le singe aimait bien notre voiture pour se regarder dans le rétroviseur...
             A proximité de notre lieu de vilégiature, il y avait une église et son presbytère dans un parc. Nous avons pensé aller demander de l'aide par l'autorisation de nous y garer. Mais cela nous a été vertement refusé...
            Mais c'est à Bombay que je me suis réconciliée avec le poisson. En effet, je n'en mangeais pas car cela m'ennuyait de trier les arêtes et je n'aimais pas leur parfum d'iode. J'ai aimé ici des poissons ovales et bombés, préparés avec des épices, juste grillés, servis avec du riz blanc. Depuis, je fais un effort pour les arêtes...
            Nous avons eu aussi l'occasion (par mesure d'économie) de prndre le train pour nos déplacement en ville et ça vaut l'expérience ! En effet, comme pour les autobus, nul besoin de marcher pour entrer dans les wagons : la foule vous porte ! Et tout le monde mange, parle, dort, tout le monde serré comme des sardines en boite ! Mais avons là été étonnés de voir un homme plutôt jeune entrer et en déloer un autre beaucoup plus âgé de sa place assse pour la lui prndre et personne n'a bronhé ni paru étonné. Peut-être encore des réminiscences des différences de castes.
            Et n'oublions pas le garage Citroën !
            Nous étions las des tergiversations du consulat de France et avions décidé d'alle à Mérauli pour retourner à l'Ashoka mission. Sur le chemin du départ mais encore en ville, un homme dans une... 2CV nous fait de grands signes. Nous nous arrêtons et il se présente comme garagiste CitroënBombay, passionné de voitures Citroën.... Il nous invite à retourner en ville pour faire une réparation (je ne sais plus quoi). Ce que nous faisons. Il nous propose égaelemnt de nous loger dans un appartement vide qu'il possède dans un immeuble neuf mais encore loué. Nous acceptons. Il y fait apporter un lit, une grande cruche pour rafraichir l'eau, un réchaud à gaz...Nous y sommes restés une dizaine de jours environ. Il a fait la réparation à notre voiture et a insisté beaucoup pour nous l'acheter ! Il possédait déjà des DS19, ID, tractions, 2CV qu'il avait essenciellement achetées au consulat de France. Nous avons refusé malgré le prix proposé (je ne sais plus combien mais c'était plus que l'argus en France + la caution du carnet de passage en douane + un dédommagement pour les inconvéniets que nous aurions eu pour rentrer en France !). Merci encore à lui pour son hospitalité ! C'est aussi chez lui que nous avons geûté la plus fine cuisne indienne ; il était fier de son cuisinier qu'il disait être le meilleur de Bombay, c'était sûrement vrai !
            Et ce prolongement de séjour, nous a donné l'occasion d'assister à deux conférences données par Krishnamurti !
            Comme quoi, il faut toujours voir ls avantages des inconvénients
!!!!

 

Voir les commentaires

INDE : Bombay

22 Juillet 2007, 21:17pm

Publié par Barulaïre

             L'arrivéeà Bombay fut tout une épopée !
            Il faut dire que , comme d'habitude pour les longues distances, nous avions roulé toute la journée en prenant notre temps, certes mais nous n'avions pas imaginé ce qu'était (et ce qu'est sûrement encore plus maintenant) Bombay : une mégpole ! et ce n'est pas un vain mot pour cette ville ! Nous sommes arrivés dans la banlieue vers 17h et... nous avons roulé dans tous les sens toute la nuit... (malgrè une plan) Nous avions l'impression d'être dans un labyrinthe ! et quand ce n'est pas un jeu de foire ça finit par être stressat ! et fatiguant ! Ce n'était pas non plus un labyrinthe de maïs ou autre végétal mais des rues sombres, des quartiers industriels ou sordides, souvent déserts (mais vue l'heure...) Dans ces cas-là, la nuit paraît très longue !
             Je crois que nous avons du parcourir Bombay dans tous les sens pour arriver finalement dans un quartier tranquille en bord de mer. Nous avons arrêté la voiture le long de la rue, sous des arbres, avons ouvert les vitres et tiré les rideaux (c'était des châles de Bénares qu'on faisait tenir je ne sais plus comment) et... gros dodo ! Nous avons pu constater que l'endroit était très calme même pendant la journée, près d'une plage, vers le nord de la ville. La bourgeoisie venait y promener les dimanches après-midi, hommes en chemise blanche et femmes aux saris multicolores portés de divierses manières très élégantes. Celà m'avait fait penser (malgrès la différence de lieu) aux descriptions de la perspective Nievski qu'on trouve souvent dans les romans russes où les "bellesBombay dames et beaux messieurs" venaient se montrer dans leur plus beaux atours (mais celà a existé je crois dans toutes les vills du XIXe siecle et il est toujours des lieux où les snobs aiment se montrer...)
             Nous sommes restés là à camper dans la voiture environ 3 semaines (nous ne pouvions payer l'hôtel car c'était après le vol des papiers et travelleurs à Bhopal). Nous devions tirer au plus juste sur l'argent car nous ne savions pas combien de temps temps il faudrait pour avoir nos nouveaux passeport et... sans passeport, pas d'argent....
            Je ne m'étendrai pas sur l'accueil au consulat de France :
Nous : Bonjour Monsieur. Nous venons vous voir car on nous  volé tous nos papiers et l'argent. Nous voudrions savoir quelles sont les démarches à suivre ?
Lui : Vortre carte d'identité s'il vous plait.
Nous : ?
Lui : oui, nous avons besion d'un papier d'identité.
Nous : mais on vient de vous dire qu'on nous a volé TOUS nos papiers.
            Quand ça commence comme ça, je vous passe la suite ! C'est l'horrer ! On a à faire à des gens au cul coincé sur leur siège et la tête derrière leur ventilateur, on se demande même s'ils ont vu la ville ! les Indes n'en parlons pas ! (Peut-être les rochers de l'ambassadeur ?)
           (un voyageur allemand a eu pire comme réponse à son consulat "Monsieur, prouvez-nous d'abord que vous ètes Allemand". Ca refroidit !)
            Heureusement pour nous, nos familles en France nous ont aidés, c'est ma mère qui a fait des démarches auprès de la préfecture.
            Pour en terminer avec l'histoire des passeport, nous ne les avons pas obtenus à Bombay mais à Delhi et là aussi problème au consulat : pas d'argent donc pas de passeport mais à la banque : pas de passeport donc pas d'argent... Voyez l'erreur... A mon avis, ce n'était pas à la banque de faire un effort mais au consulat d'aider des ressortissants de son pays. Ce qui fut finalement fait quand, plustôt en colère, j'ai proposé à l'employé de lui laisser nos 3 appareils photos (2 Pentax et un Vivitar -d'accord, Vivitar n'est pas le top mais quand même et tous les accessoires) ; il a refusé mais je les lui ai laissés en lui disnt que les sacs m'encombraient le temps de retourner à la banque pour la énième fois !
            Mais après cela, tout ne fut terminé, car le temps ayant passé, il a fallu demander des enxtensions de visas. Une journée au Service de l'Immigration  ça vallait la peine : les gens discutaient, mangeaient, prenaient le thé, les enfants jouaient... les Indes quoi ! (comme un dimanche à la campagne !) De toutes façons, ça ne sert à rien de s'énerver car ça ne change rien et ça pourrit la vie à tout le monde. Un voyage en Inde transforme une vie.
           Pourtant, le séjour forcé à Bombay a eu d'excellents aspects malgrès le stress de l'arrivée, les paperasses dans un service consulaire très déplaisant et le manque d'argent n'était pas dramatique.
            (Cet article est un peu long, la suite dans le suivant)

 

Voir les commentaires

LACHAU : Cant'Ouvèze à Notre Dame de Calma

17 Juillet 2007, 21:06pm

Publié par Barulaïre

            Si l'anniversaire de mon frère a été une belle journée, ça a égaleCant-Ouveze--1-.JPGment été l'occasion d'assister à un récital de la chorale Cant'Ouvèze à Notre Dame de Calma. Je savais que des manifestations musicales y avaient lieu mais je n'avais jamais eu la chance d'y assister. Organisé par la mairie et le Luminaïre, ces manifestations sont de belle qualité. Et là, c'était excellent.
            Pour moi, un autre choc a été de voir cette chapelle pleine de monde... Je l'ai toujours vue vide, sans autel, sans bancs et là tous les sièges mis étaient occupés.
            Une autre chose étonnante, la chorale n'était pas installée dans le choeur (sauf pour un morceau où 5 des choristes y étaient) mais à l'entrée de l'église. (après essais, l'acoustique s'y est avérée meilleure). Les choristes partaient du fond de l'église pour aller vers l'entrée.
            Le récital a été un ravissement. En première partie, des chants sacrés, en seconde, des chants profanes. Des styles variés pouvant captiver même un public non habitué aux chorales : Haendel,, Palestrina, Bach, Mendelssohn, Grieg, Monteverdi, Gounod etc.

Photo : Cant-Ouveze--2-.JPG
Pour voir l'album-photos :
http://barulage.over-blog.com/photo-353656-Cant-Ouveze--1-_JPG.html






Le site de la chorale Cant'Ouvèze : toutes les infos sur la chorale et ses membres, sa directrice de choeur, les programmes, les dates de concerts, des chants à écouter sur le site :
http://cantouveze.free.fr/index_2.htm



Christine PAILLARDest non seulemnt directrice de choeur pour  la chorale Cant'Ouvèze mais également de l'Ensemble Vocal Christine Paillard (en Région Parisienne) et de l'Ecole de Musique du Canton de Buis (Drôme). Pour connaître un peu cette femme de talent et de partage, son site nous présente ses diverses activités :
http://www.christinepaillard.com/index.php

Voir les commentaires

LACHAU : un anniversaire

16 Juillet 2007, 20:54pm

Publié par Barulaïre

             Pendant le week-end du 7 juillet, nous sommes allés à Lachau pour fêter l'anniversaire d'un de mes frères (normal, il est né en février).
            Une fête agréble avec des amis et de la famille dans un lieu superbe ! Une petite maison dont le jardin donne sur un paysage... et bien, comment dire ? sur un paysage, un vrai avec des prés, des champs, des arbres, des bosquets et, derrière, des montagnes boisées. Avec le temps pluvieux qu'il y a eu, tout était très vert pour un mois de juillet !
            Quelques photos ci-dessous
:

 

Voir les commentaires

Littérature et voyages

3 Juillet 2007, 22:07pm

Publié par Barulaïre

            Le passage en V2 génère des bugs... mais ça, c'est le rodage, il apporte aussi de bonnes surprises telle la possibliité d'intégrer des "communautés" ou d'en créer (je n'aime pas trop ce mot très galvodé, très populiste et souvent proche du sectarisme mais pour les blogs, celà permet de mieux s'y retrouver dans la foultitude de publications et d'aller plus facilement vers des sujets qui nous intéressent).
            Je me suis donc inscrite à deux communautés : "
Voyage" et "Balades régionales". On trouve là beaucoup de blogs intéressants et on peut y découvrir des lieux qu'on ne penserait pas à visiter...
            J'en ai créé une "
Littérature et voyages". Certes le sujet est vaste mais je parle dans ma rubrique livres de ceux que j'ai lus comme récits de voyages aniens ou contemorains, des livres d'explorateurs, de photograhes. Il y a aussi des guides intéressants qui ne se contentent pas de baliser des ittinéraires. Sans oublier des ouvrages sur les religions, la société, la philosophie. Tout ce qui peut concerner les pays visités ou cux où j'aimerais aller !

Voir les commentaires

INDE : Bhopal

2 Juillet 2007, 21:41pm

Publié par Barulaïre

             Je ne raocnterai pas ici la catastrophe qui a eu lieu à Bhopal en 1984 et fait tant de victimes. Quand nous y smmes passés, elle n'avait pas encore eu lieu (c'était en 1974)
            Si cette ville est restée mémorable pour moi, ce n''est non plus pas pour sa beauté : c'était déjà une rande ville industrielle quelconque.
             Mais c'est la ville où l'on nous a volé mon sac conteant les passeports, carte d'identité, argent (heureusement des travellers-chèques), carnet de passage en douane de la voiture, papiers des appareils photos, carnets de vaccination, mes lunettes, tout tout et le reste... Et, pour compléter le tableau, où nous avons eu un accident de la route ! Et c'était stressant !
            En ce qui concerne l'argent, heureusement qu'un Inde l'essence était très chère par rapport au coût e la vie quotidienne ! Nous avions caché dans la voiture ce que nous avions prévu en espèces pour le carburent et les multiples crevaisons pour le voyage (prévu jusqu'à Goa et retour à Delhi). Nous avons vécu sur cette réserve jusqu'à l'encaissement des travellers (et nous ne sommes pas allés à Goa...)
            Ce vol s'est passé comme dans un spot publicitaire qui passait au cinéma (où nous ne sommes pas allés mais on nous l'a raconté) : quelqu'un vous fait signe que vous avez perdu quelques pièces de monnaie, vous remerciez, les ramassez et pendant ce temps... le forfait est commis....Pour moi, ça a très bien marché car nous venions de nous garer le long de la chaussée pour que mon compagnon aille acheter de la confiture pour le petit déjeuner, il avait juste pris des pièces dans sa poche et j'ai cru qu'il en vavit laissé échapper. Voilà. P'tit déj. tranquille et... où est mon sac ???? pour payer les 2 thés... Il était sur mon siège pendant que j'avais ramassé le pièces....
            Stupéfaction
            Déception
            Colère
            Inquiétude
            Action
            Un tour au commissariat pour la éclaration de perte. Et là, la phrase que nous entendrons souvent émise par policiers, employés de consulat et autres fonctionnaires : What is your problem ? (l'employé me faisait penser à un personnage d'Hergé : bien calé dans son fauteuil, cheuveux bien plaqués, chemise blanche, vêtements tirés à quatre épingles, petites lunettes, vous voyez ?). On s'explique, celà prendra la matinée...
            Nous consterons d'ailleurs là que, même si officiellement le système des castes a été aboli en Inde, il est bien encore présent et officiel. En effet, sur le formulaire de déclaration de perte, figurent non seulement les nom, prénom et grade du fonctionnaire mais aussi sa caste.
             Nous décidons de continuer vers Bombay pour aller au consulat.
             Mais, sur la route du départ, dans l'après-midi, nous roulions dans une large rue qui semblait quasiment déserte quand je vois unhomme marchant devant nous au milieu de la chaussée (celà n'avait rien de rare) mais la voiture ne ralentit pas et... nous le renversons. Nous nous arrêtons aussitôt. Il me semblait qu'on avait roulé sur lui, mon compagnon pensait avoir roulé sur son bras... L'homme est ko mais sans blessure apparente. Pourquoi il ne l'a pas évité ? Situation bizarre : il n'avait pas vu le piéton mais un cycliste qui roulait presque au milieu et s'étéit poussé et je n'avais pas vu le cycliste...  aussitôt, comme jaillis des maisons, des gens arrivent et... nous rassurent "don't warry, don't warry" Je ne sais combien sont montés dans la voiture avec nous en embarquant le vieil homme accidenté ; nous l'avons conduit à l'hôpital. Nous étions inquiets, il ne saignait pas mais était sonné. Le médecin l'a à peine regardé et lui a donné quelques cachets. Les gens nous ont dit que ça allait, que nous pouvons partir.
             Nous n'avons compris que, si tout s'était si bien terminé pour nous, c'état parce que cet homme était un intouchable.... S'il avait été de caste supérieure, celà ne se serait sûrement pas passé ainsi même s'il yavait eu plus de peur que de mal :

 

Voir les commentaires