Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

        Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage.... mais plusieurs voyages, c'est bien aussi ! et les balades, les visites, les promenades. 
         Nous en faisons, loin ou près de chez nous.
         Puis il y a les photos, dans des albums ou dans un blog, il n'y a que le support qui change, c'est le même amour des images, l'envie de conserver et de partager ce que nous avons vu de beau, ce qui nous a émus ou amusés.
         Je souhaite en profiter avec vous, visiteurs de passage ou fidèles !

PS : "baruler" est un mot provencçal signifiant : promener qui peut avoir un sens péjoratif. Mais il est plutôt employé familièrement et amicalerment.

PS 2 : vos commentaires, tant sur le fond que sur la forme, sont les bien venus (Voir en-dessous de chaque article).
 Merci. 

 
Diaporamas et Albums Photos

 

Plusieurs séjours en Iran et une saison d'hiver dans l'hôtellerie sur l'île de Kish       Un voyage effectué en 2003 ; ici une photo d'une cascade aux environs de Da Lat.        

IRAN et
île de KISH

VIET NAM,
sud et centre

  Plusieurs séjours en Turquie par la route du centre. 

   

TURQUIE

MAROC

Deux passages et séjours en Afghanistan en novembre 1973 et mars 1976. Le pays le plus élégant, le plus grandiose !

 

AFGHANISTAN

Bretagne

 

epiphyllum-oxypetalum-29-03-juillet-2005-22h36

PAKISTAN

Epiphylum oxypetallum

C'était le but des 2 voyages... et ce fut superbe !

 Des pauses sur la route nous ont fait découvrir quelques lieux du Limousin et nous ont donné envie d'y retourner pour en voir plus !     

INDE,
d'Amritsar à Bodhgaya

 LIMOUSIN

 2ième partie des 2 séjours en Inde.  

  Des amis à Thèvezay et l'occasion de visiter souvent cette belle région    

INDE, l'Orisa, Calcutta, Bombay, des paysages.

POITOU CHARENTE

 Une dizaine de jours seulement en 1976 mais de quoi être émerveillé et garder en mémoire de merveilleuses images (heureusement, car les photos, elles, s'altèrent...).        

   Passages en Normandie et tout d'abord, le Mont-Saint-Michel.    

Népal

 NORMANDIE

 

VOTE WEBORAMA

Partir

Pour celles et ceux qui aiment le Cambodge,
s'informer, en parler

 

DiscoveoUn nouveau site communautaire

pour celles et ceux qui aiment voyer,

cherchent des informations

et font partager leurs voyages




 
Le blog de Cityzeum

-----------------

Nouveautés à LACHAU
Le marché du samedi Bibliothèque lachauLa bibliothèque

 :
  Des lieux à visiter en panoramique
1001merveilles.org 
L'humanitaire intelligent
image 

Le don indispensable
Association pour le Don d'Organe et de Tissus humains

Solidarité
Fichier:Logo Téléthon France.svg
Où sont les blogueurs ?

Artisanat équitable
 


FRANCE 24 /


Taux de change
xe.com

Hébergeur photos

  


 Pays visités



outils webmaster
compteur gratuit

25 juillet 2008 5 25 /07 /juillet /2008 08:06

Des militaires

                 Au cours des deux voyages en Inde, en voiture, dans la années 70, nous dormions habituellement au bord de la route à la sortie de petites villes ou de villages, la voiture servant de camping car même si ce n'était qu'une   AMI 6 puis une AMI 8... .. (avant le départ de France, nous avions supprimé la banquette arrière et une amie avait bricolé un caisson qui tenait lieu de rangements et procurait un grand couchage plat une fois les sièges avants rabattus)
                C'était quelque part entre la frontière avec la Bulgarie et Istanbul. Nous nous apprêtions à passer la nuit aux pieds de grands arbres quand on tape à la vitre. Ce sont des militaires. Ils nous font signe pour nous montrer des bâtiments à quelque distance de là et nous proposent de nous rapprocher de leur caserne afin d'être en sécurité, comme nous refusons, ils nous disent qu'ils sont là, qu'on n'hésite pas à faire appel à eux si nécessaire. Nous les remercions et ils s'en vont. La nuit a été tout à fait tranquille.

 

Caillassage

                C'était dans le centre de la Turquie. Nous faisions une halte dans la nature en début d'après-midi. Moins d'une demie heure avant, nous avions pris notre repas dans une petite ville. A l'entour, le paysage était beau ! En regardant vers l'ouest, d'où nous venions, nous apercevons une 2CV roulant assez vite (pour une 2CV). Elle s'arrête près de nous. Un jeune couple en descend. Ils ont l'air mal à l'aise, paniqués.
       « Qu'est-ce qu'il vous arrive ?
       - On a voulu s'arrêter dans le village là-bas et on a pris des pierres sur la voiture!
       - Des pierres?
       - Oui! des gamins et des adultes ! on n'a rien compris !
       - Mais, c'est là qu'on a mangé, il n'y a pas eu de problème.
       - On ne sait pas. On n'a pas compris»
                Nous n'avons pas compris non plus... Ont-il commis involontairement un impair, sont-ils simplement tombés au mauvais moment ?

 

Faux policiers

                 Sur la route du retour lors du second voyage, nous approchions de la frontière avec la Grèce (nous ne voulions plus passer par la Bulgarie qui changeait à chaque passage ses conditions d'entrée !) Nous avions décidé de dormir comme à l'accoutumée à proximité d'une petite ville et voulions arriver en début de matinée en Grèce.. Nous avions préparé la voiture et dormions tranquillement.
                 On tape à la vitre avant. Immédiatement réveillés, nous apercevons des hommes, l'un d'eux présente une sorte de carte. Sans prendre le temps de remettre les sièges en place, mon ami démarre. Les hommes tentent de retenir la voiture. Il me dit « c'est pas des flics » Heureusement, l'AMI 6 peut être une bonne copine et là, elle a bien assuré et est vite partie !
                 Nous étions à quelques distances de la grand route. Quand nous l'avons rejointe, demi tour vers la ville. La voiture dans laquelle les hommes étaient montés, garée à proximité, se rapproche de nous. Elle n'a pas de plaque d'immatriculation... L'AMI 6 continue son aide avec courage, double une voiture puis un camion... Nous approchons de la ville. La voiture sans plaque nous lâche. Ouf !
                Nous nous installons carrément sur la place de la petite ville encore assez vivante, des passants, des véhicules. Nous y dormons en paix jusqu'au matin où l'animation nous réveille.


Conclusion
 :

               J'ai voulu relater ces trois histoires car je n'aime pas entendre des propos tels que :

Tel pays est dangereux,

Tel pays est sympa,

Tel pays est accueillant,

Dans tel pays les gens sont agressifs

Etc, etc....

                Il n'y a pas de pays accueillant ou agressif. Il y a des gens sympas ou pas. Et surtout, il y a les rencontres qu'on fait à tel ou tel moment. Chacun peut raconter son vécu. Mais ça reste « son » vécu. Chacun a sa vision selon son expérience et... le hasard qui les amène....
                Il vaut mieux partir du principe « je pense ne pas être une mauvaise personne, je ne pense pas être unique donc les autres sont comme moi. » (il ne s'agit pas de « tout le monde il beau tout le monde il est gentil » mais plutôt d'être positif.

Repost 0
Published by Barulaïre - dans Turquie
commenter cet article
13 novembre 2006 1 13 /11 /novembre /2006 14:46

             L'histoire de la langue turque est particulièrement riche et mouvementée, sa modernisation "tout d'un bloc" exceptionnellemnt rapide ; on la doit à Mustafa Kemal ATATURK.
              Le site de M. Jacques LECLERC de l'université Laval au Québec est très bien fait et clair et traite de toutes les langues du monde, ici le début de l'article sur la langue turque :

 


 

1 La réforme d'Atatürk (Dil Devrimi)


Atatürk (1881-1938)

Après l'effondrement de l'Empire ottoman en 1918, Mustafa Kemal Atatürk prit le pouvoir en Turquie en 1920. Mais il fut vite confronté à des conflits d'ordre militaire. Puis, après son élection au poste de président de la République en 1923, il entreprit une politique de modernisation et de laïcisation de l'État. La forme kémaliste du pouvoir a trouvé son expression juridique dans la Constitution du 20 avril 1924. D'après l'article 2 de cette constitution, la République, telle que décrite à l'article 1, était considérée comme «républicaine, nationaliste, populaire, interventionniste, laïque et révolutionnaire». Ces caractéristiques déterminent le contenu idéologique du Parti populaire républicain qui, sous Mustafa Kemal, était le seul parti unitaire toléré. L'un des volets de la politique de modernisation porta le nom turc de Dil Devrimi, c'est-à-dire la «révolution linguistique». Farouchement moderniste, Atatürk considérait comme révolu l'époque des empires fondés sur une base religieuse et refusait la magistrature suprême de l'islam sur son pays. En fait, il refusait l'usage de l'islam dans la gestion politique d'un État.

Mustafa Kemal considérait également que la réorganisation de l'État turc devait passer par un changement linguistique radical. Or, l'histoire compte peu d'exemples de ce genre où un gouvernement a entrepris des changements linguistiques d'une aussi grande envergure dans un délai aussi court et, il faut le reconnaître, avec autant de succès.

Durant l'Empire ottoman, la langue turque avait subi l'influence massive de l'arabe classique et du persan. L'élite dirigeante conduisait les affaires de l'Empire dans une langue turque savante et envahie de mots arabes et persans, appelée «turc ottoman». L'arabe était resté la principale langue de la religion et de la loi coranique, le persan était la langue des arts, de la littérature (la Dîvan) et de la diplomatie. Le turc parlé par le peuple, synonyme de «grossièreté» et de «rusticité», n'était réservé qu'à des fins administratives locales. Le turcologue Louis Bazin, auteur de «La réforme linguistique en Turquie» dans La réforme des langues (Hambourg, 1985), fait le portrait suivant de la situation linguistique sous l'Empire ottoman:

Dans l'État islamique théocratique et multinationale qu'était l'Empire ottoman, soumis à une acculturation arabe et persane intense dans ses classes dirigeantes — et spécialement dans la classe intellectuelle, comme celle des ulémas —, la langue écrite officielle et littéraire était envahie de termes arabes et persans, de plus en plus éloigné du parler turc vivant, et inaccessible à la masse populaire turque.

Soulignons aussi que l'alphabet utilisé jusque là transcrivait assez mal la langue turque dans la mesure où, par exemple, l'alphabet arabe ne permettait de noter que trois voyelles, alors que le turc comptait huit voyelles brèves et trois longues. La plupart des lettrés étaient conscients de la situation, mais il leur semblait impossible de pouvoir modifier un système graphique qui avait servi à transcrire le Coran.

 


 

LECLERCQ, Jacques. "La révolution linguistique de Mustafa Kemal Atatürk" dans L'aménagement linguistique dans le monde, Québec, TLFQ, Université Laval, 24 juillet 2006
http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/asie/turquie_2revolution_lng.htm (13 novembre 2006).

            Les paragraphes suivants traitent de manière détaillée : 
- du nouvel alphabet,
- de l'épuration du vocabulaire,
- mais aussi de la Turquie actuelle.

            A lire absolument !

Repost 0
Published by Barulaïre - dans Turquie
commenter cet article
8 novembre 2006 3 08 /11 /novembre /2006 21:57
              Comment parler de la Turquie sans évoquer Mustafa Kemal Atatürk ?
              Le père de la Turquie moderne.

Image provenant du Petit Larousse Illustré

             Cet homme si clairvoyant était un militaire, un humaniste, un précurseur et un homme très simple.
             Il souhaitait la reconnaissance de la femme égale de l’homme, la modernité du pays, la religion éclairée, la république, la laïcité, la modernité, la justice.
             Il fut le fondateur de la république turque et son premier président jusqu’un 1938.
             Il est né en Mésopotamie en 1881d’une mère turque et d’un père macédonien ; des études primaires et secondaires à Thessalonique puis lycée militaire et Ecole Supérieure Militaire d’Istanbul. Carrière militaire, général en 1916. Une vie très active au service de son pays.
            C’est en 1921 que la République Turquie a été officiellement déclarée.
             Atatürk a révolutionné le pays en le tirant vers l’avant par de nombreuses réformes politiques, sociales, culturelles, juridiques, économiques… Le changement de l’alphabet, des systèmes de mesure ; création de la loi sur les noms de familles (c’est alors que l’Assemblée lui a donné le nom d’Atatürk). Il avait été élu président en 1920 puis en 1923.
              Il décède en 1938. Son mausolée est à Ankara.
             Pour conclure une très belle citation d’Atatürk :
‘Aussi longtemps qu'une Nation ne possède pas une armée de culture , les victoires qu'elle peut remporter sur les champs de bataille ne peuvent aboutir à aucun résultat durable."






L’histoire contemporaine aurait actuellementbesoin d’un homme avec un tel esprit.
 
Liens à propos d'Atatürk : 
Repost 0
Published by Barulaïre - dans Turquie
commenter cet article
7 novembre 2006 2 07 /11 /novembre /2006 21:05

               Voici deux billets ramenés en 1973 ou 1976 de Turquie, ceux qui n'avaient pas été changés au retour...

 
Désolée, bug dans les photos, je dois les rescanner, héberger et remettre ici...

Repost 0
Published by Barulaïre - dans Turquie
commenter cet article
6 novembre 2006 1 06 /11 /novembre /2006 10:53

                 Après les méandres de la montagne et la douceur de la plaine, voici la montagne mythique. C'est très émouvant de la voir pour la première fois d'autant plus qu'elle est particulièrement belle !
                  Il y a en fait 2 montagnes mais le Mont Ararat lui-même culmine à à plus de 5 100 m (c'est le plus haut sommet de Turquie), son petit frère à 3 900.
                 On dit que l‘Arche de Noé s‘y serait échoué. Mais on dit aussi que c‘est sur une montagne voisine que des restes d’un bateau très ancien auraient été trouvés. Mais peu importe, le mont Ararat est si beau, qu‘on peut bien lui accorder l‘Arche de Noé !.
                  Nous sommes ici en Arménie et le mont Ararat est très imprtant dans la région.
 
               Mais cette montagne et ses voiisnes sont escaladées par les randonneurs et crapahuteurs ; de la-haut la vue doit être superbe !
                 Cette route est très longue et nous a permis de faire de nombreuses haltes à chacun de nos passages. Nous avons pu ainsi chaque fois constater la gentillesse des gens, savourer la cuisine turque, fine et variée.
                  Plus loin, c’est la frontière iranienne.
 


Le Mont Ararat
 


                   (Les couleurs de la photo sont un peu altérées mais elle a... 30 ans ! et ce n'est pas forcément nécessaire de passer par Photo Shop ; les photos aussi ont leurs rides !)
                   C‘est la plus belle image que j‘ai gardée de la Turquie !


Un beau texte d'une écrivaine arménienne :
http://www.crda-france.org/fr/7armenie/monts_darmenie.htm

 

 

NET ARMENIE : un autre texte intéressant concernant le Mont Ararat :
http://www.netarmenie.com/histoire/dossiers/recits/ararat/ararat.php
 



ACTURCA

Actuality ala TurcaL

La première ascention du Mont Ararat en  1829 par Frédrich Parrot :
http://acturca.wordpress.com/2006/08/03/ararat-la-quete-de-larche/

 

    Toujours l'incourtournable Wikipédia... avec ses articles, ses images et liens :
http://fr.wikipedia.org/wiki/Mont_Ararat

 

  Des volcans et des hommes : le mont Ararat, montagne volcanique (et d'autres volcans du monde) :
http://decobed.club.fr/ararat.html
Repost 0
Published by Barulaïre - dans Turquie
commenter cet article
5 novembre 2006 7 05 /11 /novembre /2006 14:50

Erzurum : chawarma                Nous n'avons pas séjourné à Erzurum mais nous nous y sommes arrêtés plusieurs fois. Les souvenirs les plus marquants sont le froid et les chawarmas...
                C’est là que j’ai goûté pour la première fois les kebabs qui sont un morceau de viande grillant verticalement sur un gril en hauteur (comme on le voit ci-contre à gauche). Les tranches fines sont coupées directement et servies en sandwich ou à l‘assiette avec sauces, feuilles et autre. Un régal ! Et quand il fait froid encore plus
               Mais Erzurum est aussi une ville riche en monuments dans un beau site de montagnes.
               C'est à Erzurum que des amis faisant ce même voyage, Erzurumpas avec nous, ont adopté un chat. C'était une boule de poils plutôt grisâtre, maigre et miaulante... Mais une fois bien nourrie et devenue propre, elle s'est avérée être un magnifique chat proche d'une belle race de chat : le chat rose de Turquie ou angora de Turquie. Ce sont des chats à poils longs d'un beige rosé, particulièremnt beaux et gentils. ils l'avaient appelé Stuff.
                 Plus à l‘est, la ville d‘Ani, ancienne capitale arménienne, nombreux vestiges dans un site impressionnant.
                 Plus à l‘est encore, le mont Ararat. C‘est une très belle montagne dégagée, dans un site plutôt nu ou à la végétation rase.  

Sites ou blogs sur Erzurum :

Une page simple claire avec quelques photos
http://www.zlm-concept.org/voyages/turquie/erzurum.html

ofkparis.org

Ici, des photos de détails :
http://www.ofkparis.org/articles/erzurum.htm

Voyage en roue libre : des voyages à vélo, entre autre en Turquie, à voir !
http://voyagenrouelibre.over-blog.com/article-1571928.html

Chatterie de la Forêt Verte - élevage félin

La Chatterie de la Forêt Verte : élevage de chats et pension pour chats... des angoras de Turquie et autres races :
http://www.angora-turc.com/angora_turc.htm

:

 

Accueil Infos Turquie : des photos, des infos pratiques, des itinéraires
http://www.infosturquie.com/fr/photos02.tpl

Voyage vers l'Est un grand voyage en passant par Erzurum
http://adrien64.blogspot.com/

Cliquez pour revenir à la page d'accueil du site L'histoire du chat angora de Turquie :
http://www.felichats.com/races-chats/angora-turc.html
Repost 0
Published by Barulaïre - dans Turquie
commenter cet article
3 novembre 2006 5 03 /11 /novembre /2006 20:52
Col vers Erzurum                   La Turquie est traversée par une longue chaîne montagneuse et la route du centre la suite ou plustôt, ondoie entre les pics… Magnifique route de montagne où nous avons eu assez froid ! C’est une région où il neige beaucoup en hiver. Nous y étions à l’automne ou au printemps mais nous avons eu parfois l’occasion de rouler dans la neige et le brouillard. La montée des cols (ou la descente) n’était pas toujours facile ! Nous avions des pneus de rechange mais pas de pneus neige ! Pourtant, le souvenir reste excellant malgrè, ici aussi, la glace dans la voiture au matin...
                  Ci-dessous, une image de cette route au printemps :            

Cela serpente ! 

C'est sur le site des Bourlingueurs que j'ai trouvé cette photo d'un col comme il y en a aux alentours d'Erzurum. Ils sont magnifiques et très changeants selon la saison. Mon plus fort souvenir, est en mars, dans le froid et la neige... Mais c'est un excellent souvenir !
http://www.chateaudebrou.com/voyages/ 
 
          
                     Erzurum est à l’est de cette chaîne et Erzurum est très très froide ! 
                    Plus à l‘est encore, le mont Ararat. C‘est une très belle montagne dégagée, dans un site plutôt nu ou à la végétation rase.  
                    C'est uneroute très longue qui nous a permis de faire de nombreuses haltes à chacun de nos passages. Nous avons pu ainsi chaque fois constater la gentillesse des gens, savourer la cuisine turque, fine et variée.
                    Plus loin, c’est la frontière iranienne.


 

                                          
 D'autres photos ici :   
 
 
 
Repost 0
Published by Barulaïre - dans Turquie
commenter cet article
30 octobre 2006 1 30 /10 /octobre /2006 22:31
                La route d’Anatolie Centrale est une très belle route. Nous ne étions pas arrêtés à Ankara qui ne nous avait pas semblé avoir beaucoup Plateau anatoliend’attraits. Mais les paysages d’Anatolie sont très beaux, vastes, des plateaux, des montagnes…
               Nous avions rencontré beaucoup de nids de cig ognes perchés en haut des poteaux télégraphiques, aux abords des villages ou dans la campagne. Nombreux troupeaux de moutons et de chèvres, de belles chèvres noires à longs poils tombant jusqu’au sol, chèvres d'Ankara, angora... (qui nous donnent la laine pour le mohair et...l'angora )
               Tout le long de ces parcours, nous avions pu goûter une excellente cuisine très parfumée. Comme nous ne parlions le turc et que les personnes Plateau anatoliendes petits restaurants ne parlaient ni anglais ni français, le problème avait été simplement résolu par les restaurateurs : ils nous conduisaient à la cuisine, soulevaient les couvercles des marmites et nous demandions ce qui nous paraissait le plus tentant… et on s’est toujours régalés…
              Nous avons eu aussi quelques problèmes mécaniques : une défaillance de la bobine mais les mécaniciens étaient efficaces et ont su réparer avec les moyens du bord et leur ingéniosité ! Quand la bobine avait lâché, nous avions profité des montées et pentes des routes : ce n’était pas prudent mais couper le moteur dans les descentes nous avait permis de rejoindre sans problème le garPlateau anatolienage.
               C’est là aussi que nous avons constaté à quel point les voyages sont aléatoires. Nous nous étions arrêtés au bord de la route quand nous avons vu arriver une 2CV. Elle s’arrête près de nous et un jeune couple en descend. Ils avaient l’air bouleversés. Ils nous racontent qu’à la traversée d’un village précédent, ils ont reçu des pierres… Je ne sais pas pourquoi. Ils semblaient aimables. Nous avions fait une pause dans ce même village et tout était très bien allé.
                  Ayant fait cette route à des saisons différentes, mais chaque fois à l’automne ou au début du printemps, nous avons pu profiter de couleurs et de températures très variables. Egalement la neige.
vvvvvvvvvvvvvvvvv
 

 

Un site très complet sur la Turquie, ses villes, ses régions, sa culture ; ce que l'on peut voir en Turquie et en France :
http://www.turquie.com/turquie/regions-turquie/cappadoce-villes-ankara-konya-avanos-kayseri.asp

Un aute site très intéressant et bien fait sur la Truquie :
http://www.mymerhaba.com/fr/main/content.asp_Q_id_E_1006


Ici, forum et photos de Turquie :
http://www.lesptislokums.com/albumPhotos/category.php?cat=13


Laine Mohair LA TOISON DOUCE : ils élèvent des chèvres angoras dans le Sud-Ouest de la France, joli site (et ils fabriquent divers produits) :
http://www.laine-mohair.com/la-ferme.asp#histoire

MOHAIR PASSION : Angora, mohair, de l'élevage des chèvres aux produits finis, en Bretagne :
http://perso.orange.fr/mohair-fibreroyale/produit3.html

Turquie D'autres photos de la Turquie ici :
http://barulaireauvietnam.blogs-de-voyage.fr/album/turquie/
Repost 0
Published by Barulaïre - dans Turquie
commenter cet article
29 octobre 2006 7 29 /10 /octobre /2006 19:06

     Pour raconter sommairement l’histoire de Sainte Sophie, il faut commencer par un temple dédié à Apolon… et arriver à un musée…

     Dans l’antiquité, sur l’emplacement de l’actuelle église Sainte Sophie, était un temple dédié à Apolon…

    Au IVe siècle, une première basilique fut construite à la demande de l’empereur Constant in après sa conversion au christianisme, basilique consacrée à la Sagesse Divine (Haghia Sophia) ; quelques années après elle reçut le nom de Megalo Ecclesia (la Grande Eglise) puis incendiée à la suite d’émeutes au Ve sicècle…

     Dés la première décennie de ce IVe siècle, l’empereur Theodose II la fit reconstruire mais un siècle plus tard, elle fut à nouveau détruite ! suite à des émeutes qui embrasèrent Constant inople pendant plusieurs jours…

     C’est enfin, au Vie siècle, l’empereur Justinien (à la demande de son épouse) qui fit construire la Sainte Sophie que nous connaissons…(ou presque) Les meilleurs architectes, ouvriers, artisans, furent appelés ; les matériaux les plus nobles transportés de tout l’empire : Grèce, Phénicie, Egypte (prélevés sur des temples préexistants)…L’empereur  Justinien voulait une église qui pût concurrencer le temple de Salomon. Les travaux occupèrent 10 000 ouvriers, 100 maîtres maçons pendant 5 ans, 10 mois et 10 jours… ce qui est un exploit de rapidité pour cette époque. (pensant son souhait exhaussé, l’empereur fit ériger une statue de Salomon à proximité de l’église).

     Durant le Vie siècle, sa coupole, hors du commun de par sa hauteur de 56m et son diamètre de 38, a subi à plusieurs reprises les affres dus à des de séïsmes ; elle a été réparée, renforcée, le bâtiment épaissi.

     Le feuilleton continue : à l’arrivée des Ottomans, au XVe siècle, le sultan Mohamed II en fit une mosquée et en sauva les mosaïques (vouées à la destruction par les soldats lors de l’invasion de la ville) ; Sainte Sophie a été la principale mosquée d’Istanbul pendant près de 500 ans. Au fil des ans, quatre minarets lui ont été rajoutés. Elle a servi de modèle pour la construction d’autres mosquées.

     C’est au début du XXe siècle qu’elle a été restaurée et qu’elle est devenu un musée.

     Il y a à l’intérieur, un pilier noirci et lustré par des milliers de mains qui l’ont touché car on dit que si on le touche, on est guéri de tout problème de vue. Il faut bien gardé un peu de superstition dans un lieu qui a vu tant de cultes !

     Actuellement, Sainte Sophie n’est ni église ni mosquée mais musée et tente de restituer à tous la beauté créée par tant d’artistes, d’artisans, d’ouvriers ; voulue par des empereurs, détruites par des peuples en colère…

     Profitons de sa beauté et de son histoire si riche.

Quelques liens utiles pour l'histoire et des photos :

http://www.istanbulguide.net/istguide/musees/stesophie.htm

http://perso.orange.fr/istanbul/sophie.htm

http://www.herodote.net/05371227.htm

http://www.planet-turquie-guide.com/sainte_sophie.htm  

Repost 0
Published by Barulaïre - dans Turquie
commenter cet article
29 octobre 2006 7 29 /10 /octobre /2006 15:13

La Mosquée SIstambul, la Mosquée Bleueultan Ahmet ou Mosquée Bleu, voisine de Sainte-Sophie (un jardin les sépare), est LA mosquée d’Istanbul, la plus connue, la plus célèbre.

Elle doit son surnom non aux faïences bleues d’Iznik ornant ses murs intérieurs mais à la couleur gris-bleu de son extérieur (couleur changeante selon la lumière).

Elle a été édifiée entre 1609 et 1615, à l’initiative du sultan Ahmet, sur les ruines d’un ancien palais. La mosquée alors construite était un ensemble comportant de nombreux bâtiments dont certains n’existent plus actuellement tels  le Bazar, les bains turcs, hôpital, cuisines, écoles, le caravansérail  (c’était comme une ville dans la ville). Elle est postérieure d’un siècle à la mosquée de Soliman de Magnifique (souvent considérée étant plus belle que la Mosquée Bleue).

Elle est la seule mosquée dotée de six minarets ; deux ont été rajoutés au quatre habituels afin qu’elle puisse être repérée de loin par les pèlerins se rendant à la Mecque (elle en était le point de départ).

L’intérieur est très vaste, le sol recouvert de tapis, le dôme, superbe, est supporté par gros piliers (dits « pattes d’éléphants ») entourée de quatre demi-coupoles ; elle est éclairée par de très nombreuses fenêtres (260) dont un certain nombre est fait de vitraux (comme dans une église mais là ils sont ornés de motifs floraux ou abstraits à la différence des vitraux chrétiens qui, la plupart du temps, représentent des scènes de la vie du Christ ou des Saints)

Dans la Mosquée Bleue, se trouve un morceau de la pierre de la Kaaba.
         La visite de ces lieux pleins d’histoire et de foi est toujours émouvante.

 

 

Je mettrai ce soir quelques liens intéressants. A bientôt !

Repost 0
Published by Barulaïre - dans Turquie
commenter cet article