Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Barulage et promenage

CAMBODGE : Phnom Penh, un peu d'histoire

27 Septembre 2008, 07:28am

Publié par Barulaïre

                   L’histoire de Phnom Penh a commencé quand celle d’Angkor s’est arrêtée... « arrêtée » n’est pas tout-à-fait le mot juste car l’ère angkorienne a si profondément marqué le Cambodge que le pays actuel en est tout imprégné même si sa capitale a changé de lieu. On peut dire qu’Angkor est à l’Asie ce que Rome est à l’Occident. La culture khmère a survécu aux siècles et les a modelés, comme la culture latine l’a fait en Europe et sur le pourtour méditerranéen.
                   C’est à la suite de plusieurs incursions des Siams qu’en 1431 le roi Pohnea Yat quitta Angkor pour s’installer à Toul Bassam qu’il quittera 2 ans plus tard (suite à de graves  inondations) pour  Phnom Penh.
                   Pourtant, Phnom Penh est peut-être plus ancienne qu’il est généralement dit. En effet, il semble qu’elle serait contemporaine d’Angkor. Une tour angkorienne (identifiable par la qualité et le type du travail de sa réalisation ainsi que par les matériaux utilisés) se trouve à proximité  du temple Vat Unnalom. Les Français de la période de la coloniqation le nommèrent "L'obélisque ruiné". Malheureusement, les recherches n'ont pas alors été poursuivies.
                   Phnom Penh a une histoire a rebondissements, entre accord, commerce, invasions ou guerre avec (contre) ses voisins vietnamiens et  thaïlandais … Elle fut même quasiment détruite, incendiée, par ces derniers en 1772 ! évacuée par les Khmers Rouges...
                   Elle ne tint  donc  vraiment le rôle de capitale du pays qu’à partir de 1866 sous le règne de Norodom 1ier (année qui vit la construction du Palais Royal).
                   Le plein développement de l’agglomération en une ville se fit à la période de la colonisation française (avec la construction de canaux favorisant l’assèchement de terres trop humides, ponts et routes, un port, divers bâtiments)
                   La prospérité de la ville dura une quarantaine d’années jusqu’à l’arrivée des Kmers Rouges.
                   Pendant la guerre du Viet nam, le Cambodge a servi d’arrière base à l’armée Viet Cong. De nombreux vietnamiens se réfugièrent ici.
                   Puis vinrent les années de terreur absolue avec Pol Pot et ses Khmers Rouges, souvent très jeunes, fanatisés, menés par des dirigeants délirants, cruels, maniaques. Instruits. Tout commença le 17 avril 1975… et dura jusqu’en 1979.
                  Après quelques années d’un régime communiste, la reconstruction pourra commencer. Phnom Penh, exsangue, se relèvera.
                     Elle semble s’être toujours relevée. Phénix d’Asie.

La tour angkorienne du Vat Unnalon :
Le plus ancien édifice subsistant de Phnom Penh : une tour ... 
en version html (mais les photos ne sont pas visibles) :
http://209.85.135.104/search?q=cache:Dncptb5UuYMJ:www.efeo.fr/actualites/De%2520Bernon%2520web-bis.pdf+phnom+penh+description+palais+royal&hl=fr&ct=clnk&cd=28&gl=fr

http://www.efeo.fr/actualites/De%20Bernon%20web-bis.pdf 

WIKIPEDIA : http://fr.wikipedia.org/wiki/Phnom_Penh

MUNICIPALITE DE PHNOM PENH : http://www.phnompenh.gov.kh/french/history.html

Voir les commentaires

CAMBODGE : Phnom Penh, tout une légende

26 Septembre 2008, 09:41am

Publié par Barulaïre

                   Comme Rome, Phnom Penh est né d'une légende... et a tout une histoire ! Ici, ni louve ni frères jumeaux mais une femme, quatre statues et un génie... Un grand fleuve et une colline.
                   Au XIVe siècle, de fortes inondations avaient fait gonfler le Me Kong plus qu'à l'accoutumée. ; il charriait donc toutes sortes de choses, des branches et troncs d'arbre. Dans cette région peu habitée qu'était alors l'emplacement de l'actuelle capitale du Cambodge, vivait à proximité du fleuve une femme, Mme Penh. Elle récupéra des troncs d'arbres pour en faire bon usage (meubles, chauffage pour la cuisine). Dans l'un d'eux, elle trouva, nichées dans un creux, quatre statues en bronze de Bouddha ; un génie de pierre les accompagnait. Elle les amena chez elle ainsi que le génie. Il y avait de la place à l'entour. Elle fit donc édifier une colline de 25 m de haut sur laquelle on érigea un stupa pour abriter les quatre statues. Elle organisa une grande fête. Puis, elle fit construire une cabane pour le génie. L'inauguration de l'ensemble donna lieu à d'autres festivités.
                   Tant de personnes vinrent y prier (et tant y viennent encore) qu'une ville se forma... Phnom Penh : la colline de Mme Penh.

Voir les commentaires

Les chats du bouddha

24 Septembre 2008, 08:01am

Publié par Barulaïre

Cambodge : Kampong Cham, Vat Norkor

            “Hello ! Come see me dancing ! Come see me dancing !”

            Une jeune fille au pantalon en drapé beige et chemisier blanc est là, souriante. Elle sollicite notre présence pour la voir danser… Nous sommes sous l’un des porches du temple Norkor Bachey. Il n’y a personne dans tous ces passages, couloirs et espaces extérieurs. Sa présence est presque surprenante. Je l’entends mais mon regard est fixé sur 3 minuscules chatons qui miaulent désespérément. Des tigrés et blancs, tellement jolis ! De si petites voix si angoissées qu’elles couvrent dans ma tête celle, aimable certes mais insistante de la jeune fille. Je l’ignore et me demande si la mère des chattons va venir. La jeune fille s’en va. Les chatons sortent sur le parvis. Ils sont maigres mais vifs. Etienne me dit de ne plus les regarder car je ne peux rien faire pour eux, si non devenir inutilement triste. Nous entendons alors de la musique. Nous écoutons. Nous nous dirigeons vers les notes. Un groupe de jeunes filles est là dont celle qui était venue nous chercher. Sourires. Elles ont posé un grand tapis au sol sur lequel elles dansent. Quelques personnes regardent le spectacle qui commence, appuyées contre un arbre. On nous propose des chaises. Nous sommes gênés car les autres n’en ont pas. Nous regardons les jeunes filles danser. Puis nous nous essayons. Des enfants prènent la suite, garçons et filles puis à nouveau les jeunes filles Je demande si je peux faire quelques photos. Ok. Je me renseigne auprès de celle qui était venue nous chercher. Il s’agit d’une école aidant des jeunes et des enfants défavorisés, ils reçoivent l’enseignement scolaire et celui de la danse et de l’artisanat traditionnels dispensés par les membres de l’association Buddhism and Social Development Association.

            Nous comprenons maintenant l’insistance de la jeune fille qui nous avait abordés. L’initiative et le but de l’association sont malheureusement très utiles dans un pays où la pauvreté est immense.

            Il est normal de s’attrister et s’inquiéter pour les animaux mais dans un tel contexte la SPA n’est pas la priorité….

Voir les commentaires

CAMBODGE : Phnom Penh

23 Septembre 2008, 10:35am

Publié par Barulaïre

                 En quittant l’aéroport, l’image qu’on a de Phnom Penh est surprenante : des rosiers dès la sortie du parking puis une grande avenue à 6 voies, l’allée centrale plantée de frangipaniers sur une très grande partie, merveilleusement odorants… mais la chaussée, parsemée de trous, est plus que poussiéreuse et chaotique. Nous faisons le trajet en voiture.

                  L’hôtel où nous allons est très agréble avec son joli jardin, som patron et les employés sympatiques, il est situé dans une rue parallèle à l’avenue Manivong où se trouve l’ambassade de France, dans un quartier tranquille. On imagine les beaux quartiers des ambassades. Mais les chaussées sont quasiment toutes en mauvais état, les trottoirs encombrés par les motos et voitures garées (même si c’est nettement moins qu’au Viet Nam !). Et le soir, faisant une promenade à pieds aux alentours, nous avons eu la surprise de voir des gens misérables cherchaient quelque chose à récupérer sur des tas d'ordures… J’ai toujours mon appareil photo dans le sac mais là, je ne l’ai pas sorti ! J’avais vu des reportages à la tv sur ces personnes qui vivent des déchets mais je ne l’avais jamais vu en réalité. C’est très douloureux. Parce qu’on n’y peut rien. Parce qu’on ressent une totale impuissance. Qu’on croise leur regard. Qu’y lire ? de la tristesse, de l’angoisse, de l’envie, de la résignation ? En tout cas, de la douleur.

                  Curieuses premières impressions. Contradictoires.

                  Pour aller dans le centre, au sud, vers le grand marché, un centre commercial (climatisé, on y va donc plus pour se rafraîchir que pour faire des achats !) et les banques (mais il est plus avantageux de changer les espèces dans les bureaux de change qu'aux guichets des banques…), on descend une large avenue. Ici la circulation est anarchique mais pas trop dense et surtout elle n’est pas violente. Beaucoup de voitures (4x4 surtout, je n’avais pas encore vu autant de Lexus !), des motos, des bus et les tuk tuk (taxis-moto couverts).

                  Une balade vers le Me Kong ? C’est vers l’ouest. Pas loin à pieds également. Une large avenue arborée passe devant l’ambassade des Etats-Unis, au pied du Vat Phnom puis la poste centrale et l’on arrive en bord de fleuve. De nombreuses boutiques de « souvenirs » divers et inégaux bordent les rues. Des restaurants dont plusieurs d’origines diverses : Inde, Liban etc. Mais c’est là aussi qu’on peut voir le Palais Royal, le Musée National. Plus loin, les hôtels de luxe (un peu trop clinquants, trop voyants

                  Depuis notre hôtel, le lac
Boeung Kak n’est pas loin non plus. Joli lac envahi d’herbe. Curieux chemin pour le rejoindre… Aussi bien des boutiques, des restaurants de standing ou très modestes, une mosquée, de petites agences de voyage, des habitations dont certaines très pauvres. La chaussée très inégale. Mais ici comme partout au Cambodge, ce qui est le plus impressionnant, ce qui imprègne la mémoire, c’est le sourire des enfants et des adultes. Cela paraît un lieu commun de mentionner ces sourires pourtant quand on les voit (j’aimerais dire « quand on les reçoit ») on ne les oublie pas.

                  Il y a bien des choses à voir, à visiter, à sentir et ressentir à Phnom penh. Je parlerai de notre vécu, de nos rencontres, de nos surprises et de nos émerveillements à Phnom Penh et ailleurs au Cambodge : Siem Reap et Angkor, Battambang, Kampong Cham, Kratie avec leurs pagodes, leurs vestiges, fleuves, paysages, odeurs et saveurs et les habitants si souvent souriants !.


Quelques photos :
http://barulage.over-blog.com/photo-1202625-Cambodge-2008-Phnom-Penh--0000-_jpg.html




Le guide de Phnom Penh
A faire, à voir, toutes les nouvelles de Phnom Penh :
http://www.phnom-penh.biz/restonet/pp/annuaire.nsf/portal/phnom-penh/115DFB78010EB3294725748F00331835



La municiaplité de Phnom Penh (en kmer, anglais et français:
 http://www.phnompenh.gov.kh/french/introduction.html

Voir les commentaires

CAMBODGE : Avion, avion, avion

16 Septembre 2008, 08:52am

Publié par Barulaïre

              Pour ce voyage au Cambodge, contrairement à ceux pour le Viet Nam, nous n’avons pas eu de vols directs.

              Aussi, le 2 août tôt le matin, un ami est venu nous chercher à la maison et nous a déposés à l’aéroport de Genève-Clointrain. Petit café avec lui pour bien se réveiller et nous sommes partis vers notre file et notre attente ; lui rejoindre sa famille pour une semaine de travail avant leurs propres vacances.

              Je ne comprendrai jamais pourquoi on demande aux passagers d’arriver à l’avance : puisque quasiment tout le monde est en avance, tout le monde attend… Cherchez l’erreur ! Mais bon…

             C’est avec la Lufthansa que nous rejoignons Frankfort. Il y a du monde mais l’embarquement est fluide. Ce n’est pas un gros avion (un Boeing 707). Nous avons le plaisir de découvrir le petit déjeuner allemand : sandwich charcuterie, pain noir compact et humide, saucisse presque sèche dans deux sachets, barre céréale, gâteau, jus de fruit.. ouf ! un café ! Le ciel est superbe ! les alpes toujours aussi belles.

              Arrivée à Frankfort où changer d’avion s’avère simple : accueil et renseignement efficaces dans l'aéroport.

              Attente. Toujours attendre. Les avions vont si vite qu’il faut bien perdre du temps entre deux ! 

             L’embarquement pour Singapour est amusant (enfin…) : les passagers sont appelés par catégories : 1ières, affaires, familles puis les autres par séries de numéros de sièges… c’est un homme qui annonce et tient un panneau en hauteur. Cela pourrait faire penser à un dessin animé !

             Et c’est le long vol avec Singapour Airlines. Jolies tenues pour les hôtesses, costumes classiques pour les stewards. L’accueil est aimable, les serviettes chaudes puis une boisson suivent le décollage. C’est toujours pour moi un moment magique ! Le top des manèges ! Je prendrais bien l’avion juste pour les décollages et atterrissages ! 11 h de vol à manger, boire et dormir.

              Singapour. Le choc. Un superbe aéroport sobre et élégant, pratique et clair. J’avoue que je l’appréhendais un peu mais il est plus facile de chercher son terminal ici qu’à Roissy ! Pourtant je crois que c’est encore plus grand. La signalétique est très lisible, les déplacements simplifiés par les « travelors » et le « skytrain » (des tapis roulants très stables où l’on eut marcher rapidement sur des centaines de mètres (je n’ose pas dire kilomètres…) et un train aérien rapide et silencieux qui permet d’apercevoir la ville). Cela donne envie d’y faire un séjour…Le terminal pour Phnom Penh est comme un petit salon (en comparaison avec les autres). Quelques personnes attendent, tranquillement assises. Un petit avion est sur le tarmac. C’est celui que nous allons prendre par Silk Air (qui est la compagnie locale asiatique de Singapour Airlines). C’est un petit Airbus A320 qui décolle bizarrement : il monte, se stabilise, redescend légèrement et monte à nouveau… Là aussi petit déjeuner (asiatique et très bon avec son plat de poulet au riz, fruits, café). Beau temps avec un ciel légèrement trouble.

              Phnom Penh !

              Le touffeur nous saisit.

             Quel enchantement de se sentir ainsi enveloppés ! On se croirait revenu dans le ventre de sa mère ! Serait-ce cela la magie de l’Asie ? Nous donne-t-elle l’illusion de retourner à notre devenir initial ? Mais, plus prosaïquement, je n’aurais pas cru être si heureuse de sentir la chaleur humide sur ma peau.

              En route pour l’hôtel réservé depuis la France (le Sari Rega Guest House dont je vous parlerai plus loin). Il manque une valise que nous récupèrerons en fait le lendemain matin.

              Plusieurs tuc tuc devant la porte mais nous aimons marcher.

Voir les commentaires

LES BOURLINGUEURS : Brésil

15 Septembre 2008, 12:29pm

Publié par Barulaïre

Porto Alegre :                                                                                            
         
          Ils sont arrivés au Brésil. Premier arrêt à Porto Alegre, une semaine dans les favelas précédée d’un visite chez des Indiens Guaranis (aussi parqués que les Indiens d’Amérique du Nord).. Dans les favelas où règnent la misère, le manque d’hygiène, la violence et l’insécurité intervient l’O. N. G. SOLIDARIDADE . Une journée avec les « Papelieiros », spécialisés dans le tri des déchets. C’est impressionnant !
          Dans les photos qu'ils nous présentent, c'est quand même celle-ci que j'ai préférée...


http://www.bourlingueurs.com/amerique-du-sud/page_04.htm

         


Amazonie et Pantanal :

           Les vestiges de missions jésuites du XVIIe siècle,
           Les routes endommagées par une multitude de camions,
           Le commencement d'une zone tropicale,
          Un parc naturel où l'on peut nager au milieu de toutes sortes de poissons et un autre où ils seront les acteurs de leur excursion filmée,
          Un week-end avec la bourgeoisie brésilienne (ça change des favellas !),
          Le Pantanal puis l'Amazonie... par la piste...
          Et le voyage continue !  
    

 


http://www.bourlingueurs.com/amerique-du-sud/page_05.htm

 


De Oyapoque à Brasilia :

                       De chenal en chenal, de barge en barge, de bivouac en bivouac (même quand l’hospitalité est offerte sous les fenêtres d’une prison…), de Oyapoque à Macapa, puis de Macapa à Belem et enfin Belem - Sao Luis en passant par Alcantara et enfin route (ou plutôt piste) vers la côte sud.

                        Dans tout ce parcours, nous longerons des canaux et des fleurves, visiterons des monastères, assisterons à la fabrication de sucreries de puis la canne à sucre, verrons un centre commercial aménagé dans une ancienne prison (pas mal le cellules reconverties en boutiques…)

                        Arrivée à Brasilia… Après chenaux, pistes et routes, traversée de diverses villes et villages, voici la capitale ultramoderne, futuriste !

                        Leur prochain article sera sûrement le récit d’un tout autre étonnement.

 

   

http://www.bourlingueurs.com/amerique-du-sud/page_10.htm


Brasilia :

              Ils nous font maintenant visiter Brasilia, une des plus récentes capitales au monde (1960), créée en moins de 3 ans... futuriste et belle !
               Leur séjour dans cette ville s'est prolongé à cause d'une panne du 4x4 mais comme on dit "à toute chose malheur est bon", cela leur a permis de faire d'autres découvertes dans la ville et d'apprécier l'hospitalité de leurs
amis et leurs connaissances diverses  (tai chi, reiKi, gastronomie brésilienne et une visite au "Temple de la Bonne Volonté".

 



http://www.bourlingueurs.com/amerique-du-sud/page_11.htm


Les villes coloniales du vilas gerais :

                   Après 3 semaines d'un séjour forcé, mais agréable et intéressant à Brasilia, ils sont repartis et leur véhicule a été bien réparé.
                   Une traversée du Minas Gerais où ils visitent des villes et villages de style colinial : rues pavées, églises baroques... Une région très belle et pleine de charme !
                   Leur route continuera vers l'Urugay.

Lire l'article ici :

http://www.bourlingueurs.com/amerique-du-sud/page_12.htm








Rio de Janeiro :

                   La fin d'année 2008 et le Jour de l'An 2009 à Rio.. cette grande ville de contrastes.
                    Dans les photos qu'ils nous présentent, celle que j'ai préférée est celle ci-contre où l'on voit le Pain de Sucre (Pão de açucar) qu'on apperçoit en arrière-plan d'un bâteau faisant la liaison entre Rio et Niteroi.
Des favelas à Copa Cabana, du Pain de Sucre au Corcovado portant le Christ Rédempteur, de la vieille ville au port, on visite Rio...
                    

La lecture est prenante, allez voir :

http://www.bourlingueurs.com/amerique-du-sud/page_13.htm


Voir les commentaires

Echo, echo....

10 Septembre 2008, 12:48pm

Publié par Barulaïre

Inde, Mehrauli, Aschoka Vihara

                Nous dormions dans la tante plantée auprès de l'arbre habituel.
              La nuit était tranquille. Quelques petits bruits de quelques petits animaux. De vagues ronronnements venant d'une route un peu éloignée.
               On aurait presque pu entendre clignoter les étoiles !
               Un grand crI.
               Puissant.
               Profond.
               Inconnu à nos oreilles.
               Un fort écho le démultipliait.
               Un drôle de son qui faisait comme « éon ! éon ! » émis par une voix presque nasillarde..
               Sursaut.
               Oreilles tendues.
               « éon ! éon ! »
               Il n'y a pourtant pas de grands animaux par là pensons-nous.
               Notre cerveau s'est plongé dans une sorte non pas de peur (rien d'autre ne se passait, personne aux alentours ne semblait alerté par ces cris étranges) mais de profond mal-être angoissé..
               Notre sommeil fut haché !
               Le lendemain matin, nous avons cherché des renseignements sans trop dire ce que nous avions réellement ressenti...
               La réponse :
               Des paons viennent dormir dans les arbres du jardin.
               Mais dans la journée, ils étaient ailleurs...

Voir les commentaires

CAMBODGE : la carte

5 Septembre 2008, 12:21pm

Publié par Barulaïre

            Comme d'habitude, quelques projets de parcours et en réalité des  itinéraires tout autres...
            Nous n'avons  entr'aperçu que quelques petites montagnes du Cambodge (il faudra donc y retourner pour voir les vraies régions montagneuses). Une majeure partie du pays est composée d'une plaine très plate. Cela m'a beaucoup étonnée ! Des centaines de kilomètres de plaine.
            Mais les routes que nous avons suivies nous ont permis d'admirer de beaux et divers paysages (même si les cocotiers et bananiers sont omniprésents !), de rencontrer des gens et de goûter une cuisine fine et variée, toutes sortes de fruits.


Arrivée à Phnom Penh
Phnom Penh - Siem Reap (Angkor)
Siem Reap - Battambang (parcours fluvial)
Battambang - Phnom Penh
Phnom Penh - Kampong Cham
Kampong Cham - Kratie
Kratie - Phnom Penh

Voir les commentaires

Retour du Cambodge

4 Septembre 2008, 14:39pm

Publié par Barulaïre

               Voilà bientôt une semaine que nous sommes revenus du Cambodge.

               Revenus mais pas tout-à-fait, l’esprit y est bien encore un peu !

               Dès notre arrivée vendredi matin, nous avons retrouvé les montagnes et samedi nous sommes allés dans le midi pendant 3 jours (pour une bonne cause : le mariage d’une nièce. Un peu fatiguant pour nous mais ce sont toujours de bons moments). Que la région nous est apparue aride ! L’herbe brûlée par le soleil, les arbustes comme rétractés sur eux-mêmes tentant de conserver un peu d’humidité, le soleil brutal au travers d’un ciel sans nuages… Mais la Provence est belle ainsi !

               Quel contraste avec le Cambodge, sa verdure, le Me Kong s’étalant à sa guise dans son lit et largement à l’entour… les lacs, les rivières et la pluie ! Tant d’arbres, de rizières, cocotiers et bananiers, de fleurs !

               Ce voyage où nous nous sommes laissés porter par le hasard a été très enrichissant. Différent de ce que nous avions pensé (on ne peut pas s’empêcher d’imaginer un peu !). Essayer d’oublier ses habitudes, ses réflexes, ses à priori, en fait ses repères, est perturbant mais c’est bien là ce qui fait l’intérêt des voyages. Tous les chocs, les surprises, les émerveillements de toutes sortes, toutes ses images, odeurs, saveurs, sons, tout cela remonte doucement prenant place dans la mémoire. La réflexion qui suit la perception, si je puis dire.

               Quant aux photos… y a du boulot ! 1 600 clichés à trier ! Du déchet évidement, de bonnes et de mauvaises surprises. Des oublis constatés malgré (ou à cause) de la profusion. C’est en cours mais un peu long. Je vais commencer d’en alléger et mettre en place l’album.

               A bientôt pour le Cambodge !



 
L'album photos :
http://barulage.over-blog.com/photo-1202625-001-Cambodge-2008-Battanbang_jpg.html

Voir les commentaires

LES BOURLINGUEURS : Uruguay

3 Septembre 2008, 12:18pm

Publié par Barulaïre

                    Après une traversée de 4 semaines, les voilà en Argentine pour quelques jours puis ce sera l'Uruguay... La grande route !
                   Ici aussi, ils feront de sympatiques rencontres, pourront plonger dans le pays en ne faisant pas que le traverser.

 


 







http://www.bourlingueurs.com/amerique-du-sud/page_03.htm

 

Voir les commentaires