Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Barulage et promenage

Journée Nationale de la Banque Alimentaire

25 Novembre 2006, 13:27pm

Publié par Barulaïre

           J'ai failli oublier !
           C'est ouourd'hui la collectecte annuelle de la banque alimentaire, comme tous les derviers week-ends de novembre.
            Il vaut mieux éviter les pates et riz (qui sont déjà beaucoup donnés) mais favoriser les onserves de fruits et légumes, thon et les aliments pour bébés. On peut penser aussi au chocolat et au café soluble. Des produits varés mais qui se conservent bien et utilisables avec le minimum de matériel
            Voilà, c'est peu de chose mais ça peut aider

 
 

FFBA

Voir les commentaires

INDOMANIAQUE

22 Novembre 2006, 22:35pm

Publié par Barulaïre

 

            Elle est actuellement en Inde, y est déjà allée et y retournera sûrement !
            Pas tous les jours mais très souvent, elle note des articles très... bruts ! On peut l'imaginer dans un cyber-café ou chez des amis à râler devant un clavier anglais ! (j'ai eu ça au Viet Nam et c'est très difficile surtout si on sait utiliser en rélfexe un clavier ASERTY...)
            Mais ses textes sont intéressants et son blog passsionnant ! Très documenté, très original, des annecdotes particulières;
            A visiter et à suivre !



http://indomaniaque.canalblog.com/

 

Voir les commentaires

AFGHANISTAN : Hérat

21 Novembre 2006, 22:55pm

Publié par Barulaïre

"Ce monde est comme la mer, le Khorassan comme l’huître, Hérat comme la perle au milieu de cette huître", Mostawfi Qazwini (poète du Xe siècle environ) 
                   Hérat est une belle ville ancienne, qui s’étend sur une grandeHerat, les minarets plaine avec ses minarets bleus (qui furent bleus) et des maisons dont les toits sont en dôme, ocres, comme sorties de la terre qui les entoure dans la campagne environnante ; une belle oasis sur la route de la soie.
                   Elle a connu de nombreuses guerres et envahisseurs (Cyriius, Darius, Alexandre, Gengis Khan, Tamerlan) du fait de son importance commerciale et de sa situation politique (capitale d’état). Tantôt perse, tantôt afghane…
                   Sa citadelle (Bala Hissar) datant d’Alexandre a été refaite à plusieurs reprises.
                   Nous avonHerat, le forts peu séjourné à Hérat mais au second voyage nous y sommes restés un peu plus longtemps car… nous ramenions une caille en cage. Et oui ! Et nous avions besoin d’un certificat sanitaire pour être sûrs de ne pas avoir de problèmes aux passages des multiples frontières.
                   On pouvait y voir (et pour nous c’était au premier voyage, une découverte) des « taxis » de toutes sortes : charrettes, scooters, voitures. Les chevaux étaient parés de pompons rouges et divers petits décors.
            Mais une chose vue dans la rue m'avait choquée, enfinHerat, tonga, taxi à cheval laissée dubitative : un groupe d'enfants, garçons et filles, qui fumaient des cigarettes ; mais ce qui était frappant n'étaiit pas qu'ils fumaient, c'était leur teint blafard, grisâtre. C'est vrai, j'ai toujours une photo d'eux mais si je ne l'avais pas, je m'en souviendrai encore. Ils riaient mais leurs rires n'exprimaient pas la joie...
                      C’était à Hérat également et dans ses environs qu’en 1975, nous avons été étonnés de voir de très nombreux petits étals offrant des cœurs de salades… vert pâle, toujours renversés ; accompagnés de bouteilles de sauce rouge. Il y en avait dans la ville mais aussi au bord des rivières, les hommes s’en régalaient et dormaient à même le sol. Tous semblaient apprécier beaucoup ces moments de détente.
 
 

Herat, vente de salades au bord de l'eau

 
 
                   Entre Hérat et Kaboul, nous n’avions pas suivi la route du centre car notre voiture ne nous le permettait pas ; mais celle du sud par Kandahar et Ghazni. (toujours des routes à péages mais goudronnées même si parfois elles pouvaient être traversées par de petits torrents si l’on passait pendant ou après la pluie). Beaucoup plus de kilomètres aussi mais dans un tel paysage, on peut en faire...
cccccccccccc
 
  Herat, marchand de fruits
vvvvvvvvvvv
gggggggggggggggggggg
 
 
 
 
ASIE CENTRALE :
 
 
 
BASSIRAT. NET :
 
 
 
 

Voir les commentaires

AFGHANISTAN : sur la route d'Hérat

20 Novembre 2006, 21:23pm

Publié par Barulaïre

            La frontière passée , c’est la route. Elle était goudronnée et Sur la route d'Hérat2 véhicules s’y croisaient. Il y avait d’ailleurs très très peu de circulation ! Quelques camions, les si beaux camions afghans, tout peints, tout décorés, les Toyota servant de transport de marchandises ou de personnes (mais elles n’étaient pas décorées). Quelques chameaux, quelques ânes et leur ânier… dans un paysage somptueux ! Je crois que l’Afghanistan reste pour moi le plus beau pays que j’aie vu ! Pour le paysage et pour ses habitants. Même si les femmes étaient très effacées, on pouvait voir leur beauté sous leur voile (sauf sous cet immense et terrible voile qui les couvrait de la tête aux pieds, d’une seule pièce, avec une sorte de grillage au niveau des yeux !) et les hommes avaient beaucoup de prestance avec leur gilet, leur turban et leurs pantalons larges (du genre sarouel). Des peuples de montagne.
            Mais les routes afghanes avaient une petite

Sur la route d'Hérat particularité : régulièrement, il y avait des barrages-péages : 30 à 50 afghanis (moins d’1 centime d’euro) ; étonnant mais on s’y fait…
          Ici aussi, cette chose étonnante de gens qui surgissent de nulle part à chaque arrêt dans la campagne. Ici aussi la même discrétion, ils n’arrivaient qu’un peu après l’arrêt. C’était étonnant de voir des hommes à l’air si rude qui demandaient qu’on leur désinfectât un petit bobo à la main avec un peu d’eau de Cologne (nous les avons soupçonnés d’avoir plutôt envie d’être parfumés…).

             C’est sur la route entre la frontière d’Iran etSur la route d'Hérat Herat, que nous avons vécu un moment simple et magique. C’était en fin d’après-midi, le soleil commençait de baisser et d’avoir une lumière dorée. Nous étions arrêtés pour admirer le paysage. Quelques chameaux un peu plus lin. Et puis le chant. Un chant que je ne saurais décrire, simple, harmonieux, mélodieux, comme insistant. Un homme est apparu. C’était le berger des chameaux. Il les rassemblait. Nous nous sommes souris et nous avons fait de lui. Puis il a pris un petit tapis qu’il a soigneusement posé par terre et a commencé sa prière. Nous l’avons laissé. De tels instants sont des instants bénis !
             Sur cette route vers Hérat également, que nous avions eu, sur la route du retour du second voyage, une panne voiture (je ne sais plus quoi). Et là aussi, des mécaniciens peu équipés mais ingénieux qui savaient toujours se dépatouiller et réparer très bien.


 
 
 
 
 

Sur la route d'Hérat
D'autres photos ici :

Voir les commentaires

AFGHANISTAN : la carte

14 Novembre 2006, 15:07pm

Publié par Barulaïre

Toujours la vieille carte d'Asie, ici l'Afghanistan.

Carte Afghanistan

 

Parcours du 1ier voyage :
- Hérat,
- Kandahar,
- Ghazni,
- Kabul,
- Mazar e Sharif,
- Bamian,
- Band a Mir,
- Kabul,
- Vers le Pakistan

Parcours du second voyage :
-
Arrivée par Pakistan,
- Kabul,
- Ghazni
- Hérat,
- Vers l'Iran

 



 

 

Voir les commentaires

AFGHANISTAN

13 Novembre 2006, 22:09pm

Publié par Barulaïre

                    Nous sommes allés deux fois en Afghanistan : en novembre 1973 et en mars 1976 (dans le cadre des voyages en Inde). Dans mon récit au cours des divers articles qui vont suivre, je ne distinguerai pas les deux voyages sauf quand référence à la saison s‘imposera…
                  Au premier voyage, nous sommes entrés par l’Iran en arrivant à Hérat et la seconde par le Pakistan et les Kaïber Pass puis Kaboul.
                   En 1973, il y avait encore de très beaux billets de banque français et un homme avait été très étonné par le dessin et les couleurs d’un billet de 50f (le Racine). Il est vrai que ceux qui ont suivi étaient nettement moins esthétiques. En ce qui concerne l'argent, nous nous aurions mieux fait de prendre des travellers chèques !
                  Nous avions aussi rencontré là un homme parlant si bien le français que nous n’avons pas réalisé tout de suite qu’il était Afghan. Les francophones étaient (et sont sûrement encore plus) rares sous ces cieux !
                 Les passages de frontière avec l’Afghanistan ne posaient pas de problème particulier, les formalités nécessaires birman mais pas chicaneries gratuites, d’attente abusive. C’est là aussi que les premiers changes de monnaie étaient faits : 25$ = 1250 afghanis…(actuellement : 1$ = 49.37 afa soit pour 25$ : 1234 afa… étonnant, non ?).
                   Mais après, c’est la route…
                  Nous rêvions des bouddhas de Bamiyan, des lacs de Band e Amir, de Mazar e Sharif et de buskashi... Et ça, c'est pour plus tard.
 

Buskashi

 

 

Afghanistan

Ici, le début de l'album-photo Afghanistan :
http://barulaireauvietnam.blogs-de-voyage.fr/album/afghanistan/

 

 

Voir les commentaires

TURQUIE : réforme de la langue turque

13 Novembre 2006, 14:46pm

Publié par Barulaïre

             L'histoire de la langue turque est particulièrement riche et mouvementée, sa modernisation "tout d'un bloc" exceptionnellemnt rapide ; on la doit à Mustafa Kemal ATATURK.
              Le site de M. Jacques LECLERC de l'université Laval au Québec est très bien fait et clair et traite de toutes les langues du monde, ici le début de l'article sur la langue turque :

 


 

1 La réforme d'Atatürk (Dil Devrimi)


Atatürk (1881-1938)

Après l'effondrement de l'Empire ottoman en 1918, Mustafa Kemal Atatürk prit le pouvoir en Turquie en 1920. Mais il fut vite confronté à des conflits d'ordre militaire. Puis, après son élection au poste de président de la République en 1923, il entreprit une politique de modernisation et de laïcisation de l'État. La forme kémaliste du pouvoir a trouvé son expression juridique dans la Constitution du 20 avril 1924. D'après l'article 2 de cette constitution, la République, telle que décrite à l'article 1, était considérée comme «républicaine, nationaliste, populaire, interventionniste, laïque et révolutionnaire». Ces caractéristiques déterminent le contenu idéologique du Parti populaire républicain qui, sous Mustafa Kemal, était le seul parti unitaire toléré. L'un des volets de la politique de modernisation porta le nom turc de Dil Devrimi, c'est-à-dire la «révolution linguistique». Farouchement moderniste, Atatürk considérait comme révolu l'époque des empires fondés sur une base religieuse et refusait la magistrature suprême de l'islam sur son pays. En fait, il refusait l'usage de l'islam dans la gestion politique d'un État.

Mustafa Kemal considérait également que la réorganisation de l'État turc devait passer par un changement linguistique radical. Or, l'histoire compte peu d'exemples de ce genre où un gouvernement a entrepris des changements linguistiques d'une aussi grande envergure dans un délai aussi court et, il faut le reconnaître, avec autant de succès.

Durant l'Empire ottoman, la langue turque avait subi l'influence massive de l'arabe classique et du persan. L'élite dirigeante conduisait les affaires de l'Empire dans une langue turque savante et envahie de mots arabes et persans, appelée «turc ottoman». L'arabe était resté la principale langue de la religion et de la loi coranique, le persan était la langue des arts, de la littérature (la Dîvan) et de la diplomatie. Le turc parlé par le peuple, synonyme de «grossièreté» et de «rusticité», n'était réservé qu'à des fins administratives locales. Le turcologue Louis Bazin, auteur de «La réforme linguistique en Turquie» dans La réforme des langues (Hambourg, 1985), fait le portrait suivant de la situation linguistique sous l'Empire ottoman:

Dans l'État islamique théocratique et multinationale qu'était l'Empire ottoman, soumis à une acculturation arabe et persane intense dans ses classes dirigeantes — et spécialement dans la classe intellectuelle, comme celle des ulémas —, la langue écrite officielle et littéraire était envahie de termes arabes et persans, de plus en plus éloigné du parler turc vivant, et inaccessible à la masse populaire turque.

Soulignons aussi que l'alphabet utilisé jusque là transcrivait assez mal la langue turque dans la mesure où, par exemple, l'alphabet arabe ne permettait de noter que trois voyelles, alors que le turc comptait huit voyelles brèves et trois longues. La plupart des lettrés étaient conscients de la situation, mais il leur semblait impossible de pouvoir modifier un système graphique qui avait servi à transcrire le Coran.

 


 

LECLERCQ, Jacques. "La révolution linguistique de Mustafa Kemal Atatürk" dans L'aménagement linguistique dans le monde, Québec, TLFQ, Université Laval, 24 juillet 2006
http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/asie/turquie_2revolution_lng.htm (13 novembre 2006).

            Les paragraphes suivants traitent de manière détaillée : 
- du nouvel alphabet,
- de l'épuration du vocabulaire,
- mais aussi de la Turquie actuelle.

            A lire absolument !

Voir les commentaires

IRAN : Zoroastrisme

10 Novembre 2006, 22:14pm

Publié par Barulaïre

                L'islam est la religion très majoritaire en Iran actuellement. Mais il a été précédé d'autres religions et surtout du mazdéïsme et du zoroastrisme dont quelques fidèles sont encore en Iran mais surtout en Inde et dans diverses régions du monde.
 
Zarathoustra Zoroastre, le zoroastrisme ou mazdéisme.
(Zarathoustra : celui de la Lumière ; Zoroastre : astre d’or).
 
                  Zarathoustra a vécu au VIIe ou Vie siècle avant Jésus-Christ. Ce qui nous est parvenu de sa vie est plus légendaire qu’historique mais sa pensée était celle d’un précurseur : le monothéisme.
                Il a beaucoup médité, a eu des apparitions et a prêché.  Mais il était peut-être un homme qui contestait les pratiques religieuses de son temps et a voulu apporter une idéologie pure à ses contemporains. Son prêche allait à l’encontre de ce que prônaient les religieux d’alors. Mais l’appui d’un prince lui a permis de propager son enseignement dans tout l’Iran.
                Cette nouvelle religion avait déjà les concepts de paradis et d’enfer, de jugement dernier, de résurrection des morts et du triomphe du bien, le mythe du Sauveur.
                Le dieu en est Ahura Mazda. Ce dieu était déjà vénéré mais Zarathoustra demandait de privilégier le bien, les bonnes actions, la pureté. Les autres êtres divins représentent des conceptions abstraites : Esprit Saint, l’Ordre, la Justice, l‘Intégrité, l’Energie, l’Immortalité et la Dévotion. Mais l’une d’elle représente le Mal. Religion dualiste ou notion de libre abrite ? Elle a également assimilé ou transformé certaines croyances préexistantes.
                 Le zoroastrisme a une particularité en ce qui concerne les morts : on ne doit souiller aucun des éléments : terre, eau et air. Aussi, les morts sont placés sur des Tours du Silence où les cadavres sont dévorés par les oiseaux de proie…
                Cette religion n’aurait maintenant guère plus de 400 000 adeptes dans le monde dont la plupart en Inde : les parsis (c’étaient des Iraniens venus de Perse vers le IXe siècle). Les autres sont dispersés en Iran, Angleterre, Etats-Unis, Australie.
 
 
Des approches différentes :
 

Voir les commentaires

TURQUIE : Mustafa Kemal Atatürk

8 Novembre 2006, 21:57pm

Publié par Barulaïre

              Comment parler de la Turquie sans évoquer Mustafa Kemal Atatürk ?
              Le père de la Turquie moderne.

Image provenant du Petit Larousse Illustré

             Cet homme si clairvoyant était un militaire, un humaniste, un précurseur et un homme très simple.
             Il souhaitait la reconnaissance de la femme égale de l’homme, la modernité du pays, la religion éclairée, la république, la laïcité, la modernité, la justice.
             Il fut le fondateur de la république turque et son premier président jusqu’un 1938.
             Il est né en Mésopotamie en 1881d’une mère turque et d’un père macédonien ; des études primaires et secondaires à Thessalonique puis lycée militaire et Ecole Supérieure Militaire d’Istanbul. Carrière militaire, général en 1916. Une vie très active au service de son pays.
            C’est en 1921 que la République Turquie a été officiellement déclarée.
             Atatürk a révolutionné le pays en le tirant vers l’avant par de nombreuses réformes politiques, sociales, culturelles, juridiques, économiques… Le changement de l’alphabet, des systèmes de mesure ; création de la loi sur les noms de familles (c’est alors que l’Assemblée lui a donné le nom d’Atatürk). Il avait été élu président en 1920 puis en 1923.
              Il décède en 1938. Son mausolée est à Ankara.
             Pour conclure une très belle citation d’Atatürk :
‘Aussi longtemps qu'une Nation ne possède pas une armée de culture , les victoires qu'elle peut remporter sur les champs de bataille ne peuvent aboutir à aucun résultat durable."






L’histoire contemporaine aurait actuellementbesoin d’un homme avec un tel esprit.
 
Liens à propos d'Atatürk : 

Voir les commentaires

"Iran" Vincent MONTEIL

7 Novembre 2006, 21:48pm

Publié par Barulaïre

               "Iran" dans la collection Petite Planète... C'était une excellente collection ! Malheureusement, elle n'existe plus ; je ne sais pas pourquoi les Editions du Seuil l'ont supprimée... Il faut bien se renouveler mais, à mon avis, cette collection était le parfait complément d'un guide touristique. Divers aspects de chaque pays y étaient abordés : histoire, société, religion, art, antiquité, modernité.
               Le volume que j'ai scanné là a fait les deux voyages et il est un peu usé... usagé.
              Comme toute l'histoire de l'Iran y était abordée, je suppose que c'était pour celà, un douanier, lors du 2ième voyage, en entrant dans le pays, l'avait noté sur un passe-port avec interdiction de le vendre, de le préter ou de le montrer... Ca avait fait sourire un autre douanier au passage de la même frontière pour le retour...
 

Auteur : Vincent MONTEIL
Editeur : SEUIL
Collection : Petite Planète


www.SaphirNews.com

Une courte biographie de Vincent MONTEIL :
http://www.saphirnews.com/Vincent-Mansour-Monteil-1913-2005-le-dernier-des-grands-orientalistes-francais-_a1185.html  

Une bibliographie (avec extraits d'ouvrages) :
http://www.moncelon.com/bibliomonteil.htm

Voir les commentaires

1 2 > >>