Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Présentation

        Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage.... mais plusieurs voyages, c'est bien aussi ! et les balades, les visites, les promenades. 
         Nous en faisons, loin ou près de chez nous.
         Puis il y a les photos, dans des albums ou dans un blog, il n'y a que le support qui change, c'est le même amour des images, l'envie de conserver et de partager ce que nous avons vu de beau, ce qui nous a émus ou amusés.
         Je souhaite en profiter avec vous, visiteurs de passage ou fidèles !

PS : "baruler" est un mot provencçal signifiant : promener qui peut avoir un sens péjoratif. Mais il est plutôt employé familièrement et amicalerment.

PS 2 : vos commentaires, tant sur le fond que sur la forme, sont les bien venus (Voir en-dessous de chaque article).
 Merci. 

 
Diaporamas et Albums Photos

 

Plusieurs séjours en Iran et une saison d'hiver dans l'hôtellerie sur l'île de Kish       Un voyage effectué en 2003 ; ici une photo d'une cascade aux environs de Da Lat.        

IRAN et
île de KISH

VIET NAM,
sud et centre

  Plusieurs séjours en Turquie par la route du centre. 

   

TURQUIE

MAROC

Deux passages et séjours en Afghanistan en novembre 1973 et mars 1976. Le pays le plus élégant, le plus grandiose !

 

AFGHANISTAN

Bretagne

 

epiphyllum-oxypetalum-29-03-juillet-2005-22h36

PAKISTAN

Epiphylum oxypetallum

C'était le but des 2 voyages... et ce fut superbe !

 Des pauses sur la route nous ont fait découvrir quelques lieux du Limousin et nous ont donné envie d'y retourner pour en voir plus !     

INDE,
d'Amritsar à Bodhgaya

 LIMOUSIN

 2ième partie des 2 séjours en Inde.  

  Des amis à Thèvezay et l'occasion de visiter souvent cette belle région    

INDE, l'Orisa, Calcutta, Bombay, des paysages.

POITOU CHARENTE

 Une dizaine de jours seulement en 1976 mais de quoi être émerveillé et garder en mémoire de merveilleuses images (heureusement, car les photos, elles, s'altèrent...).        

   Passages en Normandie et tout d'abord, le Mont-Saint-Michel.    

Népal

 NORMANDIE

 

VOTE WEBORAMA

Partir

Pour celles et ceux qui aiment le Cambodge,
s'informer, en parler

 

DiscoveoUn nouveau site communautaire

pour celles et ceux qui aiment voyer,

cherchent des informations

et font partager leurs voyages




 
Le blog de Cityzeum

-----------------

Nouveautés à LACHAU
Le marché du samedi Bibliothèque lachauLa bibliothèque

 :
  Des lieux à visiter en panoramique
1001merveilles.org 
L'humanitaire intelligent
image 

Le don indispensable
Association pour le Don d'Organe et de Tissus humains

Solidarité
Fichier:Logo Téléthon France.svg
Où sont les blogueurs ?

Artisanat équitable
 


FRANCE 24 /


Taux de change
xe.com

Hébergeur photos

  


 Pays visités



outils webmaster
compteur gratuit

9 mai 2008 5 09 /05 /mai /2008 01:37

             A 7 ou 8 km de Lagrand, se trouve le hameau des Courtilles sur la commune de Chanousse, entre Trescléoux et Serres. Une route départementale puis un beau chemin pour atteindre les quelques maisons des Courtilles. Un mont à l'adret entouré de montagnes. Un espace déjà verdoyant pour ce début mai, les cerisiers sont en fleurs.
            On ne vient pas par hasard ou par erreur aux Courtilles.
            C'est ici qu'haite l'une de mes nièces.
            Eparpillées à l'entrée du hameau, quelques maisons neuves, des résidences secondaires (qui ne sont pas toutes terminées) ; puis les quelques maisons du hameau. Ce sont des bâtisses en pierres de chaque côté de la petite rue qui, bien que courte, trouve le moyen d'être agrémentée de courbes et côtes... En contre-bas coule un ruisseau ; il coule maintenant mais généralement pas en été, il a besoin de la fonte des neiges ou des pluies printanières.



            Chose étonnante, dans un si petit hameau, se trouve une chapelle. J'ai pu la vister avec ma nièce. Elle est si petite qu'en plus de l'autel, il n'y a de place que pour une dizaine de prie-dieu... Elle est dédiée à Sainte Anne. Lors de la commémoration de la sainte, le 26 juillet, la messe est célébrée dehors, les gens sont sur la placette et dans la rue... car même si le hameau est petit, des personnes viennent des alentours et ça fait du monde.
            Elle a été construite en 1650 puis restaurée. Maintenant, elle aurait besoin d'un "raffraichissement". Mais elle est toujours belle et pleine de charme !

 




C'est un trou de verdure où chante une rivière... et les grillons !


Repost 0
Published by Barulaïre - dans LAGRAND (Hautes-Alpes)
commenter cet article
7 mai 2008 3 07 /05 /mai /2008 09:17

            Lagrand est mon deuxième chez moi (parmi d’autres encore !).

            En effet, si je suis née à Lachau, y ai appris à marcher et à parler, je n’y suis pas allée à l’école (contrairement à mes frères). J’ai commencé ma scolarité à Lagrand. Et puisque je parle de l’école, je voudrais dire ici merci à mes deux institutrices : Mme Bonnaud et Mme Coussy. J’y reviendrai dans un article sur l’Ecole Communale de Lagrand.

            Lagrand est un village perché en haut d’une colline, au bord d’un plateau. On y accède par deux routes aussi raides l’une que l’autre mais la principale est un peu large (moins étroite) que l’autre et a deux beaux virages en épingles à cheveux. Elle passe devant les Pins de Baron. Une petite sapinière (pourquoi disait-on pins ?) qui appartenait non pas à un baron mais à M. Baron (je ne sais pas qui en est propriétaire actuellement).

 

 


           Quand  ma  famille  est  arrivée  à Lagrand  en 1955, il n’y  avait  pas de  tout-à-l’égout,  pas d’eau courante, pas de rues goudronnées…

            Pour l’eau, il fallait aller la chercher à la fontaine (il y en avait une à proximité de la maison que nous habitions). Mais l’hiver, quand il faisait très froid, avant de pouvoir remplir son seau d’eau, allumer un feu sous le robinet était indispensable ! Pendant l’été, on se rendait à une autre fontaine avec les pots-à-eau, celle de la calade à côté du lavoir, un peu plus éloignée, mais son eau était particulièrement légère et fraîche (très agréable en des temps où la majorité des gens n’avaient pas de réfrigérateur). Quelques années plus tard, de gros travaux ont été entrepris par la commune : toutes les maisons ont eu l’eau à l’intérieur après le creusement des rues – à la main-, la pose de tuyaux, la remise en place… Evidement, il n’y a pas eu de belles cuisines, salles de bains, toilettes, installées tout de suite, presque personne en avait les moyens !

            En suite, il y a eu le goudronnage de la route, de la place. Quant aux ruelles, elles ont été empierrées. Ce dernier travail a été effectué par des groupes de jeunes venant de divers pays d’Europe, logés et nourris par les habitants du village. Ces travaux-là m’ont laissé un excellent souvenir : l’odeur du goudron, les machines qui dament le sol, les pelleteuses. Voir des lieux se transformer ainsi m’avait paru très impressionnant (je suis toujours admirative des grands travaux routiers !). Quant à la présence de ces jeunes (vieux pour moi qui avais 7 ou 8 ans), elle a été marquante aussi : nous entendions pour la première fois des langues inconnues. Les jeunes filles hébergées chez nous étaient Bulgares je crois.

            Chose étonnante pour un village ancien, il n’y avait aucun commerce : pas de boulangerie, nii d’épicerie, de boucherie. En ces années-là, des marchands passaient une ou deux fois par semaine avec un fourgon : 2 épiciers, 1 boulanger, 1 boucher-charcutier, 1 poissonnier et une fois par mois un marchand de vêtements ; une fois par an, des rempailleurs de chaises ; de temps en temps des cardeurs qui refaisaient les matelas. Il est vrai qu’une boulangerie, une épicerie, un bar, un bazar étaient ouverts à Pont-Lagrand, à 1 km en bas du village (mais à pieds, avec la côte et un regard d’enfant, ça paraissait loin !

             L’église rassemblait quasiment tout le monde le dimanche, ceux qui y entraient et ceux qui restaient devant… Je reviendrai aussi sur cette petite église du XIIe siècle, sobre, à l’excellente acoustique.

             Ne croyez pas que la vie était triste. Elle était sûrement dure pour les parents qui avaient beaucoup de mal à « joindre les deux bouts » mais je croix que nous y avons tous de bons souvenirs ! Comment les enfants préparaient leur confession, les disputes entre groupes d’enfants qui se formaient et se modifiaient, les « raids » dans les cerisiers au printemps, les voisines qui chantaient dans la rue, la foire annuelle, jouer au « portrait » dans la neige, le nougat que le mari de l’institutrice préparait pour Noël, la salle de la mairie où tout le monde assistait au dépouillement de toute élections, etc, etc

            Tant d’anecdotes ! J’essaierai d’en rapporter quelques unes.

 

 


Repost 0
Published by Barulaïre - dans LAGRAND (Hautes-Alpes)
commenter cet article