Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Barulage et promenage

PAKISTAN : Lyallpur, avec les saddhous

26 Mars 2007, 22:33pm

Publié par Barulaïre

             C’est dans un cimetière que nous allions quelques fois, avec le plus jeune des frères chez qui nous habitions, pour passer l’après-midi avec un saddhou musulman qui séjournait là. Il s’appelait « Golé Shah » (ce qui signifie « le cheval shah »). Autour des saddhous, venaient les « charsis » (fumeurs de shars, le hachich). Uniquement des hommes. En temps qu’étrangère et invitée de notre amie, j’étais acceptée.

Avec les saddhous


             Gollé Shah était un vieil homme. Une grande partie de sa vie, s’était passée sur les routes et il était revenu s’installer ici pour passer sa vieillesse. A laAvec les saddhous périphérie intérieure du cimetière, des personnes vivaient… Tout cela n’avait rien de triste, au contraire même. Il ne s’agissait non plus pas d’une gaieté exubérante mais plutôt d’une sorte de paix. L’atmosphère était aimable, tolérante.
              Nous avons rencontré là d’autres saddhous dont je ne me rappelle plus les noms (ou surnoms). L’un d’eux était juste vêtu d’une sorte de caleçon rouge déteint et recouvert de cendre de la tête au pieds. Ses cheveux longs et tressés étaient aussi recouverts de cendre ; un autre, également assez jeune, cheveux noirs, de nombreuses bagues à ses doigts, des vêtements de couleurs vives est venu une fois. Nous y avons également rencontré deux autres vieux saddhous, amis de Golé Shah. Leur vie s’était passée sur les routes, avait été faites de rencontres, de prières, de méditation. Leurs propos racontait leurs expériences, de la vie, de ce qui est profondément humain. Quand ils parlaient de dieux, c’était de l’amour, sans discrimination…

 

Avec les saddhous

 

Avec les saddhous

             Les deux plus jeunes menaient toujours la vie de moines errants ; ils ne faisaient qu’une pause à Lyallpur.
              Un saint était enterré dans ce cimetière, de nombreux fidèles venaientAvec les saddhous se recueillir sur sa tombe, lui rendre hommage. Nous y sommes allés mais je n’ai pu passer la porte de ce petit mausolée car ce lieu est interdit aux femmes. Mais j’étais à proximité. Mon compagnon a, lui, approché la tombe, accompagné de Golé Shah et d’un autre vieux saddhou..
              Au cimetière venait aussi un homme un peu particulier. Un peu fou, peut-être… On pouvait voir une petite colline… qui n’était pas naturelle. C’était lui qui l’avait « montée « . A la pelle. En prenant énormément de temps. A côté de la colline il y avait un trou… Sur la photo, cet homme est celui qui porte sur la tête un chapeau-cloche ondulé.
 
 
Avec les saddhous
 
 
 
 
 
 
 
 

Commenter cet article