Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Barulage et promenage

AFGHANISTAN : Hérat

21 Novembre 2006, 22:55pm

Publié par Barulaïre

"Ce monde est comme la mer, le Khorassan comme l’huître, Hérat comme la perle au milieu de cette huître", Mostawfi Qazwini (poète du Xe siècle environ) 
                   Hérat est une belle ville ancienne, qui s’étend sur une grandeHerat, les minarets plaine avec ses minarets bleus (qui furent bleus) et des maisons dont les toits sont en dôme, ocres, comme sorties de la terre qui les entoure dans la campagne environnante ; une belle oasis sur la route de la soie.
                   Elle a connu de nombreuses guerres et envahisseurs (Cyriius, Darius, Alexandre, Gengis Khan, Tamerlan) du fait de son importance commerciale et de sa situation politique (capitale d’état). Tantôt perse, tantôt afghane…
                   Sa citadelle (Bala Hissar) datant d’Alexandre a été refaite à plusieurs reprises.
                   Nous avonHerat, le forts peu séjourné à Hérat mais au second voyage nous y sommes restés un peu plus longtemps car… nous ramenions une caille en cage. Et oui ! Et nous avions besoin d’un certificat sanitaire pour être sûrs de ne pas avoir de problèmes aux passages des multiples frontières.
                   On pouvait y voir (et pour nous c’était au premier voyage, une découverte) des « taxis » de toutes sortes : charrettes, scooters, voitures. Les chevaux étaient parés de pompons rouges et divers petits décors.
            Mais une chose vue dans la rue m'avait choquée, enfinHerat, tonga, taxi à cheval laissée dubitative : un groupe d'enfants, garçons et filles, qui fumaient des cigarettes ; mais ce qui était frappant n'étaiit pas qu'ils fumaient, c'était leur teint blafard, grisâtre. C'est vrai, j'ai toujours une photo d'eux mais si je ne l'avais pas, je m'en souviendrai encore. Ils riaient mais leurs rires n'exprimaient pas la joie...
                      C’était à Hérat également et dans ses environs qu’en 1975, nous avons été étonnés de voir de très nombreux petits étals offrant des cœurs de salades… vert pâle, toujours renversés ; accompagnés de bouteilles de sauce rouge. Il y en avait dans la ville mais aussi au bord des rivières, les hommes s’en régalaient et dormaient à même le sol. Tous semblaient apprécier beaucoup ces moments de détente.
 
 

Herat, vente de salades au bord de l'eau

 
 
                   Entre Hérat et Kaboul, nous n’avions pas suivi la route du centre car notre voiture ne nous le permettait pas ; mais celle du sud par Kandahar et Ghazni. (toujours des routes à péages mais goudronnées même si parfois elles pouvaient être traversées par de petits torrents si l’on passait pendant ou après la pluie). Beaucoup plus de kilomètres aussi mais dans un tel paysage, on peut en faire...
cccccccccccc
 
  Herat, marchand de fruits
vvvvvvvvvvv
gggggggggggggggggggg
 
 
 
 
ASIE CENTRALE :
 
 
 
BASSIRAT. NET :
 
 
 
 

Commenter cet article

bugeda 27/02/2008 10:28

je n oublies pas la birmanie , mais malheureusement y penser ne suffit pas a changer les choses et l action est inexistante , alors ?

Barulaïre 28/02/2008 20:51

Individuellement, on ne peut rien. Mais peut-être par le biais d'associations, de mouvements...Garder en mémoire le souvenir de ceux qu sont en difficultés graves me semble humaine nécessaire. Même si un effet direct n'est pas sensible. Lire aussi Info Birmanie : http://www.info-birmanie.org/content/view/34/54/