Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Barulage et promenage

IRAN, arrivée à Téhéran

14 Octobre 2006, 01:06am

Publié par Barulaïre

             C’étaient deux voyages en Inde faits en voiture (la première fois une AMI6, la seconde une AMI8...peu puissantes mais de vrais tracteurs !) en passant par l’Italie, la Yougoslavie, la Bulgarie, la Turquie, l’Iran, l’Afghanistan, le Pakistan, les Indes et le Népal.
             Je reviendrai sur la plupart de ces pays.
             Ici, ce sont les passages avec les arrêts en Iran.
             Au premier voyage, en 1973, il n’y avait pas trop de circulation, sauf à Téhéran mais au second en 1975 c’est le passage de la frontière avec la Turquie qui avait beaucoup changé. Un grand nombre de camions venant de différents pays circulaient alors en Iran et, au passage de la frontière, il y avait des queues de camions de chaque côté de la route ! Des dizaines et des dizaines ! C’était plutôt impressionnant ! Nous avions également retrouvé les camions en ville et en très grand nombre aussi sur certains parcours. En effet, pour l’arrêt du deuxième voyage, nous étions allés au camping de Téhéran où s’arrêtaient les camionneurs car ils laissaient leur semi en attente de déchargement (et ça pouvait demander plusieurs jours) et venaient au camping juste avec le tracteur. La circulation y était telle qu’on avait l’impression d’être portés par les camions ! Car, quand on est dans une petite voiture avec de gros semis sur les deux côtés, devant et derrière… on ne voit plus rien d’autre ! C’est aussi grâce à eux que nous avions pu faire réparer les plaquettes de freins (au retour) qui avaient lâché : ils nous avaient indiquer où aller ; le marchand n’ayant pas le modèle voulu, il en a bricolé avec celles pour les camions... (elles ont été increvables !).
 

Village

            Les routes étaient larges et bien entretenues. Mais c’est en Iran qu’on a commencé de voir une mode un peu déroutante : quand on roulait de nuit et qu’on voyait deux lumières rouges on croyait tout d’abord que c’étaient les feux arrières d’un véhicule mais… c’étaient… les veilleuses d’une voiture arrivant de face ! C’était déroutant mais on s’y fait. Les camions iraniens étaient décorés,tant à l’avant qu’à l’arrière, de guirlandes lumineuses…
            Les paysages étaient magnifiques ! Étendues de terre dorée, collines et des villes, les minarets des mosquées, des maisons qui semblaient sorties de terre avec leur toit en dôme.
            Je ne sais pas comment c’est maintenant mais alors, on trouvait à Téhéran de très très modestes hôtels très très bon marché ; certes, le confort était sommaire mais c’était largement suffisant. En route, on dormait dans la voiture (c’est ce qu’on a fait tout au long de ces voyages sauf en ville). Pour les étapes du soir, on garait la voiture en bord de route à l’entré ou la sortie de village et là on était tranquilles. Souvent, quel qu’ait été le pays, des militaires ou des policiers nous montraient qu’ils n’étaient pas loin et qu’on pouvait dormir en sécurité, des passants faisaient bonjour. Mais on ne nous a jamais dérangé pendant que nous mangions ou dormions.

En route

             En général, on roulait de 8 heures du matin à 6 ou 7 heures du soir avec bien sûr les arrêts petits-déjeuners, les repas de midi, thé, pipi, repas du soir, regarder le paysage, profiter de cette si belle nature. Ce qui est toujours étonnant dans ces endroits qui semblent peu peuplés c’est que, dès qu’on s’arrête, il ne faut pas cinq minutes pour que quelqu’un arrive, enfants, petits garçons ou filles, hommes jeunes ou âgés, plus rarement des femmes. Mais gens semblant sortir de nulle part. Leur venue a toujours été amicale. Même si nous ne parlions pas la même langue, les gestes et les sourires servaient de mots.
             Une autre chose étonnante aussi en route : il arrivait que des tapis étaient étendus sur la chaussée… La première fois, nous nous sommes arrêtés car on ne roule pas sur un tapis persan ! Mais d’autres véhicules sont passés, alors… roulons ! Mais c’était surprenant, presque gênant.
            Pendant les séjours à Téhéran, ce qui était amusant c’était que plusieurs jours de la semaine étaient fériés : le vendredi pour les musulmans, le samedi pour les juifs et le dimanche pour les chrétiens…
            Nous avons évidemment visité le bazar (qui est absolument fabuleux avec ses allées par corporation; c‘est en fait un immense marché couvert ! Mais on peut y trouver autant un simple balai que des bijoux de valeur ou fantaisie, de la vaisselle, des vêtements, des tissus, de très beaux objets d‘artisanat) . Téhéran est une si grande ville ! Énormément de magasins de tapis (aussi bien les plus beaux tapis que des petits portraits d‘hommes célèbres du moment), de miniatures, (là, ce ne sont que des merveilles !), des pierres précieuses ou semi-précieuses. C’est ici que j’ai vu pour la première fois des topazes fumées.
             C’était aussi à Téhéran que nous faisions faire le carnet de passage en douane pour la voiture ; il était demandé par le Pakistan et les Indes. C’était moins cher de le demander là qu’en France (en France 5 000 F. de caution, en Iran 3 000...). Il y avait un excellent Touring Club Automobile.
Des nouvelles fraîches sur ce blog écrit et illustré de photos, par un couple franco-iranien :
http://francoperse.over-blog.com/article-4065137.html
 

Commenter cet article

www.111tapis.fr 03/06/2013 16:38


Même si je ne peux pas y aller, il semble que je vais déjà là en raison de ce post. J'imagine que les choses que vous dites et c'est amusant. Nous vous remercions de nous avoir permis de le
savoir. :)

Jacquesb 14/10/2006 15:00

Bonjour Barulaire
Un message qui te concerne sur mon blogue.
Au plaisir de te lire
Jacquesb
 

 


Barulaïre 14/10/2006 18:25

Merci pour la visite ! Je suis allée voir, cette liste est originale et je suis heureuse d'y figurer. Il est vrai que les blogs et sites en lien de chacun nous amènent à décuvrir d'autres choses. Quant aux voyages, chacun a son regard et je trouve très intéressant de lire les divers blogs s'y rapportant. Ca ne raconte pas une personne mais on arrive plus au moins à se faire une idée au travers de ses textes et images. (et connait-on vraiment ceux qu'on côtoie ?)