Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Barulage et promenage

Ile de Kish : une saison d'hiver au soleil

28 Septembre 2006, 16:12pm

Publié par Barulaïre

                Pour ce qui est du travail, nous pensions que ce serait iShayan Hotelntéressant car il s’agissait de faire l’ouverture d’un palace, en Iran, sur une île.
                (je dis « nous » car nous étions quatre qui travaillions ensemble depuis deux saisons à Divonne les Bains à aller à Kish pour cette saison d’hiver).
                On peut toujours rêver !
               Intéressant, ça l’a été. Particulier surtout. Le matériel qui n’arrive pas dans les délais, qui ne correspond pas à ce qui aurait été nécessaire. Mais il faut dire que beaucoup de choses étaient absurdes : pourquoi avoir voulu faire venir les produits d’entretien de France ? Il y en avait d’excellents en Iran… Cela nous aurait évité de faire le nettoyage avec des morceaShayan Hotelux de mousse d’emballage en guise éponge ; de faire travailler des Iraniens à brosser à la main les moquettes. Tout était ainsi à l’avenant. Le travail n’était pas bien organisé puisque organisé par des personnes qui avaient l’habitude des chaînes hôtelières plus que de l’hôtellerie traditionnelle (gouvernante générale et certaines gouvernantes d’étage) et la plupart du personnel des étages (dont je faisais partie) venaient d’hôtel de luxe et non pas de chaînes hôtelières où il faut travailler… comme à la chaîne, ce qui ne peut pas donner un très bon résultat.
                Mais la saisLes villason ne s’est quand même pas trop mal passée ; l’ambiance générale n’était pas mauvaise. Pourtant, nous n’avions pas postulé pour revenir la saison suivante !
               Tous les travaux étaient en retard : résultat, le personnel a été logé dans l’hôtel même… Belles et élégantes chambres spacieuses, climatisées, tv, terrasse, salle de bain en marbre, grands placards… (il a été bien regrettable de constater que certaines personnes avaient là un comportement de cochons !) Ce n’est que peu de temps avant l’ouverture que tout le monde a déménagé ; non, pas dans les locaux prévus pour le personnel (qui n’étaient pas encore prêts !) mais dans les villas destinées aux clients…. Là, c’était encore mieux qu’à l’hôtel. Une villa pour quatre personnes. Ces villas étaient très belles, d’une architecture sobre, moderne inspirée du style arabo-persan. Un superbe résultat ! L’intérieur bien conçu : au rez-de-chaussé, une entrée, un petit cabinet de toilette avec doucLes villashe et wc sur la droite, sur la gauche ; une cuisine équipée avec réfrigérateur, plaques de cuisson, nombreux rangements pratiques, passe avec volets vers la salle à manger ; une très grande pièce avec une partie salon et une autre repas, meubles Knoll, linge de maison de qualité, jardin privatif avec pelouse et bougainvilliers multicolores, tout très beau. A l’étage, deux chambres non adjacentes, salle de bain, balcons. Je crois que nous y sommes restés jusqu’à fin février. Finalement, nous avons aménagé dans les logements du personnel. C’était en fait de petits bungalows mitoyens, en rez-de-chaussée prévus pour quatre personnes : deux petites chambres, une kichenotte avec équipement simple mais pratique, une salle de bain, une grande pièce salon-coin repas… La seule chose qui manquait à ces logements, c’était un peu de verdure. Mais bon, vu le climat, c’est logique qu’il n’y ait pas eu peloLes villasuse et bougainvilliers et autres arbres commes pour les villas des clients… 
                Les loisirs étaient limités mais pour moi, ça suffisait. J’avais apporté plusieurs livres (la Pléîade fait merveille pour les voyages : petit volume, poids réduit et beaucoup à lire) ; mon ami avait sa guitare. Les plages étaient grandes et donnaient l'illusion d'être vierges. La mLes villas du personneler très belle. On n'imaginait pas qu'on était sur une eau qui portait tant de pétroliers ! C’était très agréable d'aller pique-niquer pendant les jours de congé (les cuisiniers prévoyaient toujours de bonnes choses à manger et à boire, mon souvenir n’en est pas précis mais je sais que c’était très bien préparé ! Merci à eux !).
                   Des boisons, (alcoolisées ou non) pouvaient être achetées dans un magasin Mac Enzi où il y avait le choix et la qualité (je regrette de ne pouvoir acheter en France du ginger-ale, une sorte de schwepps au gingembre, un délice !). Au nouveau bazard, toutes sortes de produits alimentaires, hi-fi, photo, vêtements eA la plaget autre gadgets. Un marché de luxe n’a ouvert qu’en cours de saison et, de toutes façons, je ne peux pas aller acheter mes « babioles » chez Van Clif et Arpells…. 
                 L’inconvénient à ce mode de vie est qu’on a vite tendance à trop boire d’alcool. On aurait dit qu’il ne pouvait y avoir une fête sans alcool… Et puis les apéritifs… et une bière ou plus dans l’après-midi…
                Mais 30 ans après, le souvenir n’est pas mauvais.


L'album photos ici :


Les 3 dernières photos peuvent être agrandies en cliquant dessus.

Commenter cet article