Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Barulage et promenage

Sidi Mouss Ben Marrakech el Djanoubi

22 Juin 2009, 14:24pm

Publié par Barulaïre

MAROC : Marrakech
                   Sidi Mouss ben Marrakech el Djanoubi… 
                   Oui, il faut bien un aussi grand nom pour une si petite boule de poils qui abritait un si joli chaton ! En effet, Djanoub est un chat… (si mes infos sont correctes, mouss signifie chat et djanoub sud. (corriger si nécessaire, merci !). 
                   Passant quelques jours au camping de Marrakech sur le chemin du retour lors du dernier voyage au Maroc, en voiture, avec deux amis, nous entendions pleurer un (ou plusieur) chaton. Première pensée « la mère a dû partir chasser pour ses petits ». Mais les miaulements continuaient. « Curieux qu’ils continuent de pleurer comme ça ». Le lendemain, nous sommes allés voir. Il y avait un chaton, tout seul ! et tout seul, il faisait un sacré raffut avec sa petite voix ! Il est était sale et maigre. Nous l’avons pris avec nous. Avec des caresse (et aussi une serviette) il est redevenu propre. Il n’a plu pleuré. Il était un peu craintif mais a vite pris ses aises ! Pour qu’il fasse ses besoins, nous avions pris le couvercle d’une boite de Belle Vache (la Vache qui rit marocaine), un peu de terre et de sable ou de gravier fin selon ce que nous trouvions. Le tout posé sur le plancher de la voiture. Il l’a adopté tout de suite ce lieu d'aisance... Pour le nourrir, le classique petit biberon acheté rempli de bonbons… Mais très vite Djanoub a mangé de tout : fromage, viande, légumes…
                  Il était multicolore ; je ne savais pas alors que les chats tricolore sont quasiment toujours des chattes. D’où la nécessité théorique de changer son nom : Sidi Mouss ben Marrakech el Djanoubi devenant Lala Moussa bent Marrakech al Djanouba… Mais, de toutes façons c’était et c’est resté Djanoub…



                  Tout le parcours en voiture et les arrêts se sont bien passés. A l’extérieur, Djanoub était dans ma veste. Cela semblait lui convenir ; Il pouvait sortir la tête car la veste n’était pas boutonnée mais juste serrée à la taille par une ceinture. Il était ainsi à l’aise et pouvait regarder tout autour de lui, curieux comme tout bon chat qui se respecte. 
                   Sur le bateau, entre Ceuta et Algeciras, il a un peu été l’attraction. Qui s’empressait de lui donner de l’eau ou quelque chose à manger, qui de le caresser, qui de s’enquérir de son histoire… C’est là qu’on m’a appris que la charmante tache grise parant son nez n’était pas une gentillesse de Dame Nature mais… un effet de la galle ! (petit à petit, elle a disparu toute seule). 
                  Arrivé en France dans les Alpes, petit séjour chez mes parents. Mais là, il y a la Puce, belle chatte noire. La Puce a quasiment ignoré le chaton (ce qui nous a étonnés) sauf que, quelques jours après notre arrivée, elle a commencé à tousser violement. Nous avons dû la conduire chez le vétérinaire ; diagnostic : bronchite. Etonnant. Mais non a-t-il dit, c’est une bronchite psychosomatique, elle fait une forte crise de jalousie… Heureusement, peu après,  nous sommes allés chez l’un de mes frères dans le midi et ma belle-seour a adopté le chaton ! Dans cette maison, il y a un jardin et les occupants aiment les animaux. Djanoub a donc vécu là. Depuis la maison, il pouvait rejoindre les chats du cartier dans le talus près de la voie ferrée. Il allait faire la folie dehors et à la maison c’était un chat très gentil, calme. ADORABLE. 
                  Malheureusement, il n’y a vécu qu’un an et demi. Il a été emporté par le typhus. Il a pourtant été bien soigné par le vétérinaire mais les perfusions pour le réhydrater, les médicaments n’ont pas suffi. Cela est arrivé pendant un de mes séjours chez mon frère. C’est le seul être mort que j’aie vu. Je l’ai retrouvé allongé, comme endormi, près de la porte de la cuisine, un matin. 
                   Seule consolation, si sa vie a été courte elle a au moins été excellente.

Commenter cet article