Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Barulage et promenage

Trois histoires turques

25 Juillet 2008, 08:06am

Publié par Barulaïre

Des militaires

                 Au cours des deux voyages en Inde, en voiture, dans la années 70, nous dormions habituellement au bord de la route à la sortie de petites villes ou de villages, la voiture servant de camping car même si ce n'était qu'une   AMI 6 puis une AMI 8... .. (avant le départ de France, nous avions supprimé la banquette arrière et une amie avait bricolé un caisson qui tenait lieu de rangements et procurait un grand couchage plat une fois les sièges avants rabattus)
                C'était quelque part entre la frontière avec la Bulgarie et Istanbul. Nous nous apprêtions à passer la nuit aux pieds de grands arbres quand on tape à la vitre. Ce sont des militaires. Ils nous font signe pour nous montrer des bâtiments à quelque distance de là et nous proposent de nous rapprocher de leur caserne afin d'être en sécurité, comme nous refusons, ils nous disent qu'ils sont là, qu'on n'hésite pas à faire appel à eux si nécessaire. Nous les remercions et ils s'en vont. La nuit a été tout à fait tranquille.

 

Caillassage

                C'était dans le centre de la Turquie. Nous faisions une halte dans la nature en début d'après-midi. Moins d'une demie heure avant, nous avions pris notre repas dans une petite ville. A l'entour, le paysage était beau ! En regardant vers l'ouest, d'où nous venions, nous apercevons une 2CV roulant assez vite (pour une 2CV). Elle s'arrête près de nous. Un jeune couple en descend. Ils ont l'air mal à l'aise, paniqués.
       « Qu'est-ce qu'il vous arrive ?
       - On a voulu s'arrêter dans le village là-bas et on a pris des pierres sur la voiture!
       - Des pierres?
       - Oui! des gamins et des adultes ! on n'a rien compris !
       - Mais, c'est là qu'on a mangé, il n'y a pas eu de problème.
       - On ne sait pas. On n'a pas compris»
                Nous n'avons pas compris non plus... Ont-il commis involontairement un impair, sont-ils simplement tombés au mauvais moment ?

 

Faux policiers

                 Sur la route du retour lors du second voyage, nous approchions de la frontière avec la Grèce (nous ne voulions plus passer par la Bulgarie qui changeait à chaque passage ses conditions d'entrée !) Nous avions décidé de dormir comme à l'accoutumée à proximité d'une petite ville et voulions arriver en début de matinée en Grèce.. Nous avions préparé la voiture et dormions tranquillement.
                 On tape à la vitre avant. Immédiatement réveillés, nous apercevons des hommes, l'un d'eux présente une sorte de carte. Sans prendre le temps de remettre les sièges en place, mon ami démarre. Les hommes tentent de retenir la voiture. Il me dit « c'est pas des flics » Heureusement, l'AMI 6 peut être une bonne copine et là, elle a bien assuré et est vite partie !
                 Nous étions à quelques distances de la grand route. Quand nous l'avons rejointe, demi tour vers la ville. La voiture dans laquelle les hommes étaient montés, garée à proximité, se rapproche de nous. Elle n'a pas de plaque d'immatriculation... L'AMI 6 continue son aide avec courage, double une voiture puis un camion... Nous approchons de la ville. La voiture sans plaque nous lâche. Ouf !
                Nous nous installons carrément sur la place de la petite ville encore assez vivante, des passants, des véhicules. Nous y dormons en paix jusqu'au matin où l'animation nous réveille.


Conclusion
 :

               J'ai voulu relater ces trois histoires car je n'aime pas entendre des propos tels que :

Tel pays est dangereux,

Tel pays est sympa,

Tel pays est accueillant,

Dans tel pays les gens sont agressifs

Etc, etc....

                Il n'y a pas de pays accueillant ou agressif. Il y a des gens sympas ou pas. Et surtout, il y a les rencontres qu'on fait à tel ou tel moment. Chacun peut raconter son vécu. Mais ça reste « son » vécu. Chacun a sa vision selon son expérience et... le hasard qui les amène....
                Il vaut mieux partir du principe « je pense ne pas être une mauvaise personne, je ne pense pas être unique donc les autres sont comme moi. » (il ne s'agit pas de « tout le monde il beau tout le monde il est gentil » mais plutôt d'être positif.

Commenter cet article