Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Barulage et promenage

Le Mont Saint Michel

23 Janvier 2008, 00:07am

Publié par Barulaïre

                    Aller au Mont Saint-Michel n’est pas anodin. On en a rêvé : on l’a tous vu en image, on a tous entendu des émissions TV ou radio sur sa baie ; on sait qu’il est ancien. Il est comme une légende. undefined

                    Et qui ne l'a pas vu sur l'étiquette de flacons d'eau-de-cologne du même nom !         
                     Il est d’abord un lieu d’histoire et, peut-être plus qu’il n'y paraît, un lieu de résistance. En effet, les Normands en sont fiers à juste titre, le Mont n’a jamais été pris par les Anglais
pendant les guerres qui ont sévi dans la région ! il est aussi, bien sûr, un symbole religieux, un lieu de pèlerinage.
                     Son histoire représente non seulement la foi de ses habitants depuis des siècles, leur résistance mais aussi leur ténacité. Un îlot est devenu un mont, un oratoire a grandi en basilique, un hameau en bourg…
                      Bravo les Normands !
                     Nous y sommes allés un matin. La première vision, quand on l’aperçoit de loin, est très belle, ressemble…. a une carte postale…. Et oui, à une très belle photo ! (mais après, on entre dans le vivant). La petite route toute droite traverse des champs, un village avec usine de biscuits (étonnant, non !), quelques petits hôtels etc etc puis on arrive sur la route de la digue. On voit la baie. Le Mont est tout près. Une petite brume tamise le soleil, adoucit le bleu du ciel. C’est magique.
                     Pas trop de monde sur le parking, La baie est multicolore ; c’est étonnant ces bandes d’eau, de sable, d’herbe ou s’égaillent les oiseaux (comme s’ils cherchaient leur reflet bougeant avec eux).
undefined                     La rue du mont est très étroite, bordée de boutiques (et oui, les marchands sont toujours aux abords du temple même s’ils en furent chassés il y a 2000 ans…. dit-on). Le seul attrait de ces magasins est leurs enseignes, perpendiculaires aux murs ; très imagées. La rue monte, monte, toujours étroite. Après un peu de côte, sur la droite, il y a toujours les magasins mais sur la gauche, ce sont des jardinets en étages, chacun son petit portail, ressemblant à de minuscules jardins de curé. Je les ai tout particulièrement aimés.
                    Puis c’est l’entrée dans le « site ». Là, il commence à y avoir du monde. En attendant l’ouverture, on se balade un peu autour sur le chemin de ronde. Vue magnifique. Très belles toitures. Un jeune homme prenait des photos mais m'a laissé sa place d'où la vue était particulièrement belle vers les toits "Je travaille ici, j'ai tout le temps de revenir". Merci à lui qui a partagé avec une inconnue qui aime les paysages et la photo, comme lui !
                     On entre.
                    Il y a déjà du monde et les visiteurs sont canalisés comme du bétail par des barrières avant le passage aux guichets...
                         On ne peut guère s’éparpiller car, si l’ensemble est très grand, les chemins, les escaliers, sont étroits et offrent peu de choix de parcours… Quand nous arrivons sur l’esplanade devant la basilique, nous avons là une vue sur toute la baie. Et…. Il faut aller la voir ! Une jeune femme arrive et se présente comme guide bénévole faisant des études pour l’interprétariat ; elle propose une visite guidée en français. Nous la suivons ; ses commentaires sont très intéressants (mais, je n’ai évidement pas tout retenu !).
                       Arrivés à la fin de cette visite guidée, je dis à Etienne que je souhaite revenir sur nos pas pour undefinedretourner à la basilique prendre quelques photos avec une autre lumière (et sûrement moins de monde). Il n’est pas très content car nous sommes "coincés" par des "cars d’Espagnols et de Japonais" en visite guidée très serrée. D'autres langues s'entendent aussi. Mais nous faisons le chemin inverse à "contre courent". Revenus à la basilique, nous sommes ravis car il y a beaucoup moins de visiteurs qu'en début de matinée, la lumière a changé. On comprend l'intéret de l'orientation et de la structure des ouverture qui amènent une superbe lumière. Nous refaisons tout le parcours du retour tranquillement en croisant juste quelques flâneurs. (nous ne l’avions pas remarqué mais il était midi et demi et les estomacs "affamés" menaient les aoutiens plus vers les restaurants que dans les méandres de la basilique et ses dépendances).
                         Ce n’est qu’en rejoignant la rue que nous avons vu ! Nous avons vu la foule ! On se serait cru à Bénarès (sauf que cette foule-ci n’était pas très joyeuses, pas très bigarrée…). L’horreur. Serrée. Pressée. Irritée. Cette foule ne semblait pas heureuse d’avoir visité un lieu superbe, d’être en vacances, d’avoir la chance de pouvoir profiter de son temps libre. Bien triste tout cela !
                        En sortant, nous avons été saisis par la vision de nombreux autobus et des voitures nombreuses, nombreuses ! 
                         Nous avons rejoins notre voiture.
                       Mais nous avons mangé des sandwichs, assis sur des rochers, en regardant la baie et ses oiseaux, nous avons regardé une dernière fois le Mont et sommes repartis ravis, en gardant dans les yeux cette dernière image si belle qu’elle occulte les trop nombreuses voiture et la foule trop dense…

undefined

Commenter cet article

muriel123 02/04/2010 16:40



Comme je suis d'accord avec vous de retourner dans
la Basilique pour prendre quelques photos avec une autre lumière ; C'est qu'à toute heure du jour la lumière tourne et la beauté du site avec ; Très belle présentation de ce Mont souvenir de mon
enfance ; vos photos sont très jolies



Barulaïre 06/05/2010 12:19



Il faut dire que l'endroit est particulièrement beau et conçu pour changer avec les heures...