Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Barulage et promenage

Les chats de Vat Nokor

31 Décembre 2008, 07:58am

Publié par Barulaïre

Cambodge
Kampong Cham, Vat Nokor
        
         Ici, comme à Angkor, on parcourt les très anciens temples par des couloirs qui se croisent en un point central où l’on peut voir des lingas, souvent des fleurs ou de l’encens honorent les divinités symbolisées ou représentées. On est souvent seul et comme hors du temps. Les murs sont faits de blocs de pierre dont la plupart sont sculptés en plus ou moins profond relief. Des divinités et des danseuses, des animaux, des paysans, parfois des guerriers, regardent défiler les siècles. Nos pieds avancent mais les yeux ne veulent pas quitter la vue de ces murs qui portent tant de vie !

                  Mais ici, à Vat Prom, quelle ne fut pas ma surprise d’apercevoir en bout de couloir des couleurs vives… Je continue d’avancer et aperçoit partiellement un de ces autels très dorés, très chargés, tant de statues en plus de celle de Bouddha, tant de fleurs (fraîches ou en papier). Pourtant là, c’est différent. Un linteau finement ciselé surmonte le porche vénérable qui donne sur un espace neutre (un peu comme entre deux wagons de chemin de fer, lieux étranges s’il en est !). Oui, c’est bien une pagode contemporaine avec ses murs et son plafond peints en couleurs vives, ses piliers rouges et dorés, un grand tapis et un livre posé sur un tissus. Un vélo sur le côté…

                   Je fais un tour et regarde dehors car il m’a semblé entendre miauler.

                   C’est bien ça ! un beau matou roux clair, discrètement osselé, passe par là. Il semble un peu endormi. Il se couche et s’étire. Me regarde en me tournant le dos, tête en volte-face par-dessus son « épaule ». Un autre arrive. Il semble qu’ils sont chez eux. Ils sont presque de la couleur de la terre. C’est tellement silencieux. Les mur d’enceinte des temples sont si épais det multiples à une certaine distance les uns des autres ménageant un passage protégé, qu’ils semblent couper tous les bruits de l’extérieur. Les chats ainsi protégés doivent entendre marcher les souris et respirer les oiseaux au nid !

                   Bouddha veille-t-il sur les chats ?

                   Les moines et nonnes qui vivent ici sont-ils généreux envers eux ?

 

 

Voir les commentaires

CAMBODGE : Angkor, la Terrasse des Eléphants

27 Décembre 2008, 06:53am

Publié par Barulaïre

                       La Terrasse des Eléphants fait face aux Prasat Sour Prat (plusieurs tours). Sa construction a commencé au XIIe siècle par Jayavarnam VII et a continué par la suite. C’est depuis cette partie surélevée que le roi assistait à des spectacles de danse et à des parades sur la Place Royale ; la famille royale se tenait sur la partie la plus élevée, la cour et les mandarins sur la partie inférieure ainsi que le peuple. Les esplanades sont ornées de divers animaux  ou personnages mythiques. Les murs de soutènement, sur plus de 300 m de longueur, sont entièrement sculptés de bas reliefs représentant pour la plupart… des éléphants dans diverses circonstances (telle la chasse) mais aussi des scènes de la vie quotidienne avec des personnages humains ou des représentations divines.

                       Le lieu est impressionnant car on peut bien imaginer toute cette population, royale et populaire, sur les terrasses, parée de riches atours ou juste couverte de quelque tissus… regardant les danseuses ou les parades devant les khleang.

                       Mais pour moi c’est l’endroit où je me suis fait attaquer par des fourmis rouges ! Bon, je les avais embêtées en posant malencontreusement un pied sur leur passage et le combat fut violant ! Il y eut des mortes... Seule ressource pour moi : les noyer scélératement dans une belle flaque d’eau boueuse (merci la pluie).

                        Aux abords de la Terrasse des Éléphants notre guide nous a fait remarquer des petites plantes sensitives ainsi que des trèfles à quatre feuille ; pas la peine d’en prendre un comme porte-bonheur, ils sont touts à quatre feuilles (peut-être qu’un à trois feuilles…)


Photo : Cambodge-2008-ANGKOR-Terrasse-des--l-phants.jpg
 Quelques photos dans l'album :
 http://barulage.over-blog.com/photo-1260538-Cambodge-2008-ANGKOR-Terrasse-des--l-phants--1-_jpg.html

Voir les commentaires

Joyeux Noël !

25 Décembre 2008, 07:34am

Publié par Barulaïre

Un joyeux Noël,
lectrices et lecteurs !



Cette carte m'a été envoyée depuis la Martinique, il y a quelques années.

Voir les commentaires

LACHAU : Joyeux Noël choupatier

24 Décembre 2008, 07:44am

Publié par Barulaïre

                                                                                                    

             Pour vous souhaiter un joyeux Noël, cette année, pas de carte de voeux d'hier ou d'aujourd'hui mais une recette qui a enchanté ma petite enfance !
            Pour le soir de Noël, il était traditionnel de manger un plat de morue aux poireaux pendant la veillée, avant d'aller à la messe de minuit (les desserts, c'était pour le retour ! et il n'y en avait pas forcément 13 !).
             
De la morue séchée et salée qu'on dessale longuement sous l'eau claire (une nuit) et qu'on fait un peu frire,
Des poireaux coupés qu'on fait blanchir,
Des tranches de pain qu'on fait griller,
Le tout dans une cocote ; on fait cuire en ayant rajouté quelques olives noires (de Nyons de préférence) du sel et du poivre, de l'ail, de l'huile d'olive.
On déguste bien chaud (le 24 décembre, il fait généralement très froid).





 

Joyeux Noël à toutes et tous !

Une pensée particulière pour les choupatiers !

 

Voir les commentaires

CAMBODGE : Angkor, le Bayon

23 Décembre 2008, 06:45am

Publié par Barulaïre

                      Le Bayon a été l’enchantement complet ! Difficile à expliquer. Tous ces visages aux paupières baissées ou, au contraire, aux yeux grands ouverts ou mi clos, ces larges lèvres au sourire sérieux mais qui, sur d’autres visages, ne sourient pas… tant d’expression dans la pierre !

                        Avant de venir au Cambodge, c’était le Bayon qui me faisait rêver et, en le voyant, ce ne fut pas la déception mais l’émerveillement. Oubliées les quelques photos que j’avais vues, les quelques textes que j’avais lus ! La multitude de visages, la couleur sombre des pierres, la pluie et une végétation hésitant à abandonner complètement les lieux, les chemins, passages étroits et diverses petites esplanades sont à dimensions humaines. Les bâtiments n’écrasent pas, la profusion n’étouffe pas. On est ici dans la perfection supportable (si je peux dire) par les humains, contrairement à Angkor Vat surtout.

                        On est au-delà de la beauté, comme si on ressentait quelque chose de la béatitude de Bouddha. (Si seulement !). Devant un tel lieu, la naissance des légendes devient évidente : un humain ayant vu les palais des dieux a voulu s’en inspirer pour construire un temple sur terre… seules les écuries étaient encore accessibles aux capacités humaines…

                        Le Bayon a été construit au XIIIe siècle.

 

 

 



Photo : Cambodge-2008-ANGKOR-Bayon--11-.jpg
 D'autres photos ici :
 
http://barulage.over-blog.com/photo-1260538-Cambodge-2008-ANGKOR-Bayon--01-_jpg.html



Cambodge 2008 : ANGKOR, Le Bayon

 

 

  BAUDELET : http://www.baudelet.net/voyage/cambodge/bayon.htm


http://www.insecula.com/musee/M0177.html

Voir les commentaires

CAMBODGE : Angkor, Ta Som

19 Décembre 2008, 07:13am

Publié par Barulaïre

                        C'était en fin d'après-midi mais pas encore le soleil couchant. Nous avions les yeux pleins de pierres, de danseuses, de dieux, de ciselures, d'arabesques, d'escaliers ; de tant de beauté et de surprises qu'il nous semblait excessif de visiter encore un temple !
                        Mais, un porche pas trop grand, des visages comme ceux du Bayon, une lumière légèrement rasante... m'ont fait regarder le superbe linteau et mes pieds ont suivi !
                       Heureusement que le corps commande parfois l'esprit !
                       Ici, rien n'est très grand comme dans angkor Vat. Les dimensions sont à une échelle humaine, modeste. Les bas-reliefs y sont pourtant tout aussi fins que dans les temples précédents. Il y a aussi un certain mystère ; le soleil descendant ménageait de grandes zones d'ombre, lumière bleutée parmi les blocs de roche grise et rose. Les galeries sont étroites. Les espaces herbeux entre les enceintes donnent un sentiment de protection. Quelques parties sont en cours de restauration. De très fines mousses (ou lichens ?) ont envahi quelques espaces sur les colonnes ou les murs. Certaines fenêtres à balustres sont partiellement fermées, comme par des rideaux de pierre baissés (spécificité du XIIe siècle). Je déambule, enchantée. En ce genre de lieu, les parcours sont souvent solitaires. De temps en temps, je croise Etienne et nous parcourons ensemble une galerie, une esplanade, quelques escaliers... J'ai croisé là un visiteur tout aussi enchanté qui oubliait son appareil photo autant que la personne avec qui il voyageait...
                        Le Ta Som (l'Ancêtre Som) a été construit au XIIe siècle sous le règne de Jayaman VII puis agrandi au XIIIe siècle. Il n'est pas en très bon état mais il a été sommairement consolidé pour éviter qu'il ne s'effondre... La plupart des arbres envahissants et dangereux pour les monuments ont été enlevés. Son charme réside peut-être dans son ancienneté et sa fragilité, toute cette beauté taillée dans la roche ; si fragile !
                        Le Ta Som est pour moi le lieu qui a le plus de charme. J'en suis repartie absolument émerveillée !

 

 

CAMBODGE : Angkor, Ta Som

Un diaporama sur Picasa en cliquant sur l'image



L'ASIE EN HERITAGE : toujours excellant !
http://gilkergu.club.fr/Asie/Cambodge/Les_sites_de_Angkor/Ta_Som/Ta_Som1.htm

JOELDAVAN : belle galerie photos
http://www.joeldavan.fr/ta_som.htm

Voir les commentaires

Suspense au bord de la route

17 Décembre 2008, 07:16am

Publié par Barulaïre

Sur la route en Inde

            Comme à l’accoutumée, la voiture était garée en bord de route pour la nuit. Comme souvent, à proximité de grands arbres. Dès le Pakistan, il est pratique de dormir ainsi car les routes, en plus de la chaussée goudronnée, sont bordées d’une large voie de terre damée de chaque côté pour permettre le passage des chars à bœufs, éléphants et dromadaires, avec leurs charrettes, bouviers, âniers, chameliers et autres piétons (mais tout le monde déborde   largement sur la chaussée !).

            Nous nous étions endormis après avoir constaté que nous ne captions plus France Inter ou Radio France International (je ne sais plus le nom exact de cette station) que nous entendions encore assez bien en ondes courtes. Nous avions vérifié les bagages sur le toit fixés avec des chaînes et un gros cadenas achetés à Kabul)

            Comme d’habitude, la nuit était calme. Après le couché du soleil, il n’y avait plus grand trafic sur ces routes.

            Quand soudain

            Bruits de griffes crissant sur le véhicule,

            Voiture secouée,

            Des bruits de sauts, d’impacts,

            Les chaînes secouées…

            Le réveil fut en sursaut !!!

            Nous n’avons pas bougé d’ un poil, grands ouverts les oreilles et les yeux, méninges en alerte, pour essayer de comprendre ce qui se passait. Nous ne voyions pas grand-chose et les bruits étaient confus.

            Finalement, nous avons aperçu comme des doigts… un bout de queue…

            Et oui ! Marrez-vous ! C’était des singes qui s’amusaient comme des petits fous !

            Je dois dire que je souris toujours quand je me remémore cette anecdote… à la mesure des frissons que nous avons eus !

Voir les commentaires

UKRAINE : Le bortsch

15 Décembre 2008, 07:14am

Publié par Barulaïre

            Un plat un peu long à cuire mais facile à préparer et… très bon à manger !                                                                                                    

            Le bortsch est une soupe qui se sert en plat complet. On le dit d’origine russe mais en fait se prépare dans tous les pays de l’est (autant en Bulgarie qu’en Russie, Ukraine, Lettonie etc) ; la recette peut varier : à base de viande, de chou et betterave généralement mais, selon les régions, (et je suppose les saisons) les légumes changent, on y rajoute saucisses, boulettes de viande etc.                  

            Dans une grande marmite d’eau ajouter de la viande de bœuf (gite est très bien), les légumes coupés : betterave rouge CRUE, carottes, navets puis un peu plus tard des pommes de terre. Pour relever un peu : sel, poivre, girofle (pourquoi pas grain de coriandre).

            Vers la fin de la cuisson, sortir la viande et la couper en morceaux qu’on remet dans la soupe.

Servir avec de la crème fraîche, du vinaigre et des oignons frits.

 

            Après ça, une tarte aux pommes ou des fruits frais, c’est parfait !    

Voir les commentaires

LAGRAND (Hautes-Alpes) : partageons nos péchés

13 Décembre 2008, 07:03am

Publié par Barulaïre

                  L’église de Lagrand est certes une belle église du XIe siècle mais c’est surtout celle où tout le village allait (croyants ou pas) ; lieu de rassemblement, de solidarité pour les enterrements, de rires pendant les mariages et de cancans les autres dimanches…

                   Mon souvenir impérissable de cette partie de mon enfance reste la confession. Pour les grandes fêtes comme Pâques, Noël, l’Assomption et plusieurs autres mais aussi quelques dimanches dans l’année, nous devions communier donc nous confesser. Mais, quels péchés pour des enfants de 7 à 11 ans qui ont la conscience tranquille ? Alors, la solution adoptée était simple : nous avions choisi quelques péchés véniels (tels le mensonge, la désobéissance, l'envie, l'oisiveté, pour des situations évidemment insignifiantes) et nous en disions un ou deux chacun au curé… Et ne me dites pas que nous mentions alors, nous ne nous sentions coupables de rien ! Nous n’avions pas vraiment à mentir (parfois un peu aux parents pour justifier un retard de retour à la maison), rien à dérober (personne n’était riche et il n’y avait pas de médias omniprésents pour nous inciter à baver devant tel ou tel jouet), pas d’oisiveté car nous ne nous ennuyions pas (toujours quelque chose à faire dehors !)

                   Tout le monde était content : nous avions quelques péchés à avouer au curé et le curé quelques absolutions à donner…

Voir les commentaires

CAMBODGE : Angkor, Angkor Vat

11 Décembre 2008, 07:35am

Publié par Barulaïre

                         C’est par là que la visite a commencé…

                         Le cœur bat un peu plus fort.

                        Le guide parle des douves, de la latérite, des rois, des dieux et nous regardons les douves, les roches et les lions de pierre sans queue parce qu’elles étaient en métal et qu’on les a volées pour les fondre et en tirer des objets bien prosaïques… Où sont les dieux ?
                        Quand est-ce qu’on entre dans le temple ?






                        
Il y a aussi les arbres particuliers : bois de fer, résine,

                         On n’entrera pas par la grande porte, par l’allée qu’on imagine menant à un lac aux nénuphars dans lequel se reflète le temple aux cinq tours…  On ira après.

                        J’étais un peu décontenancée. Ce n’était pas ce que j’avais imaginé. C’était tellement plus vaste ! Et quelle profusion ! Des tours bombées, sculptées, en travaux, en ruine, sur des monticules, avec grands escaliers ou juste quelques marches ; tant de bas reliefs ! des murs entiers, la vie des dieux et des hommes ; la végétation qui semble vouloir toujours reconquérir la pierre ; l’eau : douves, mares, petits lacs et un peu de pluie…  et les danseuses célestes, apsaras si belles !

                        Nous suivons le guide dont les propos sont très intéressants (mais que j’ai largement oubliés ! quel dommage ! heureusement qu’il y a les photos et les livres !). Il nous raconte l’histoire des temples et autres bâtisses, les mythes et scènes de la vie quotidienne représentés sur les bas-reliefs ; il parle souvent avec une pointe d’humour ou d’espièglerie. Savez-vous qu’il faut regarder le ventre des apsaras ? Certaines l’ont bien lisse, d’autres portent un ou plusieurs petits traits vers le nombril : ce sont des vergetures dues aux accouchements…. Pourquoi pas…

                        L’indouisme et le bouddhisme se côtoient fréquemment ici, tantôt l’un victorieux de l’autre, tantôt unis (selon les rois du moment). Il n’est pas rare, au croisement de certaines galeries, de trouver des lingas et des bouddhas au croisement d’autres. Bon nombre de ces représentations reçoivent des offrandes, sont couvertes de tissus chatoyants. Les dieux sont omniprésents, comme vivants.

                       Si Angkor Vat nous paraît si beau, il ne serait rien à côté de ce que sont les demeures des dieux. Une légende raconte qu’Indra aurait invité Preah Ket Melea, un humain, et lui aurait alors offert ce qui allait devenir le Cambodge. De retour sur terre, impressionné par la beauté de ce qu’il avait vu des palais célestes, Preah Ket Melea n’a pu que tenter de s’inspirer des étables… pour faire bâtir Ankgor Vat… Il fut aidé dans ce travail par l’architecte des dieux Preah Pisnukar qui modela l’ensemble en terre puis usa de magie pour le transformer en bâtisses de pierres sculptées et colorées.






Cambodge-Angkor
 D'autres photos ici :
 
http://barulage.over-blog.com/photo-1260538-Cambodge-2008-ANGKOR-Angkor-Vat-001_jpg.html


Angkorvat
  Un site simple et clair :
 http://www.angkorvat.org/angkor.html                           



l



 Angkor Vat, gistoire et légende :
 
http://www.insecula.com/musee/M0166.html
 La découverte d'Angkor par Henri Mouhot :
 
http://www.insecula.com/article/F0010784.html      







ANGKOR, La sité perdue des rois khmers :
Plans et photos : http://angkor.wat.online.fr/

MAMMPEMONDE, Hélène LEGENDRE DE KONINCK  : une étude particulièrement intéressante sur le bas-relief représentant le Grand barattage de l'océan :
http://www.mgm.fr/PUB/Mappemonde/M492/ANGKORVAT.pdf

Voir les commentaires

1 2 > >>